Imprimer Pdf

Réseau Novaé : du chauffage pour 10 000 logements

Publié le 20.09.2019

Après plusieurs années d’études et 24 mois de construction, le réseau de chaleur Novaé entre en service fin 2019. L'aboutissement d’un chantier d'ampleur au cœur de la métropole. 

De nombreux Herblinois ont vu au détour d’une promenade ou des trajets quotidiens de gros tuyaux posés au sol dans l’attente d’être enfouis. Ils ont désormais rejoint le réseau de chaleur métropolitain Novaé qui assure la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire.  

Ce vaste réseau long de 32 km incarne la transition vers les énergies renouvelables et de récupération décidée par Nantes Métropole en 2015. En effet, 80% des calories seront issues du Centre de valorisation des déchets "Arc en Ciel" de Couëron. La société IDEX titulaire de la délégation de service public est aux commandes du projet et de sa gestion pour une durée de 20 ans.

Grands-Bois et Nelson Mandela raccordés

Orienté vers le nord de l’agglomération, le réseau de chaleur desservira des abonnés de Nantes Nord-Ouest, Saint-Herblain et Orvault. À Saint-Herblain, le groupe scolaire des Grands-Bois sera raccordé suivi de celui de Nelson-Mandela. En fonctionnement toute l'année, le réseau chauffera à terme 10 000 logements (essentiellement des logements sociaux), des bâtiments publics et tertiaires. Il les approvisionnera également en eau chaude sanitaire.

Une sous-station végétalisée

Non loin du pont du Val de Chézine, un élément essentiel du dispositif est en cours de construction. Il s’agit d’une sous-station de relance. Ses pompes auront pour fonction de pousser l’eau chaude dans le réseau. Dotée d’une coque en béton pour éviter les nuisances sonores, la sous-station a reçu un soin particulier pour s’intégrer au mieux dans le paysage avec un bardage en bois et une toiture végétalisée. La fin des travaux est attendue pour début 2020. Le réseau pourra alors entrer en fonctionnement.

Un franchissement difficile

Un tel réseau sous-terrain ne se construit pas sans difficultés. C’est ainsi que le franchissement  de la Chézine a exigé une attention particulière. Après l’accord de l’architecte du pont, les canalisations seront insérées sur la structure béton le plus harmonieusement possible. "C’est du cousu main" explique Stéphane Cailleteau de la société IDEX. Les travaux auront lieu d’octobre 2019 à mi-janvier 2020. Au cours de cette période, la circulation automobile ne pourra pas s’effectuer sur cet axe.

Fermeture du pont du Val de Chézine du 21 octobre au 20 décembre 2019

La poursuite des travaux sur le réseau de chaleur nécessite la fermeture du pont du Val de Chézine du 21 octobre au 20 décembre. Une déviation est mise en place et empruntera la rue du Zambèze, l’avenue des Thébaudières, l’avenue des Naudières,  le boulevard Marcel-Paul, l’avenue Louis-Guilloux jusqu’à l’esplanade de la Mocquelière et inversement. Pendant toute la durée des travaux la rue Prosper-Mérimée sera en impasse et interdite d’accès aux usagers circulant sur la rue Louis-Guilloux. La vitesse sera limitée à 30km/h à l’approche des travaux. Le stationnement est interdit au droit des travaux.

Comment fonctionne ce réseau ?

Les fumées issues de l’incinération des déchets de la métropole sont utilisées pour chauffer de l’eau à 105°C. Celle-ci circule ensuite dans des canalisations dotées d’une isolation renforcée. Le tracé du réseau Novaé a été conçu pour éviter les espaces boisés classés, contourner les cours d’eau et le réseau des tramways. Il permettra de réduire de 17 000 tonnes les émissions de CO2 par an.