Imprimer Pdf

ZAC la Baule : l’éclosion d’un quartier

Publié le 21.10.2019

La réunion annuelle sur l’avancement des travaux d’aménagement de la ZAC La Baule et du projet urbain de Preux s’est déroulée mardi 15 octobre en présence de très nombreux habitants des quartiers Preux, Crémetterie, Garotterie et Tillay.

Après quatre années de chantier, le quartier commence à prendre vie. Les premiers habitants sont arrivés et les services et commerces vont s’installer prochainement près du rond-point Abel-Durand. Pourtant il reste encore beaucoup à faire jusqu’en 2025, date de fin des aménagements.
"Quinze îlots sont programmés dont trois opérations en cours de construction de 260 logements et bureaux, commerces et services (boulangerie, restauration, une crèche inter-entreprises). Leurs livraisons sont attendues entre 2020 et 2021", explique Laurent Noblet, adjoint à l’aménagement durable de la ville. Chacun aura sa personnalité, son architecture". Lors de la concertation, différentes demandes d'habitants ont été prises en compte telles que la re-création d’un merlon planté, la pérennité et l’harmonie des façades, la limitation des vis-à-vis, le traitement en amont des nuisances sonores et visuelles (vitrages, vitrages réfléchissants…) ou encore la conservation d’espaces verts.

Des espaces publics paysagers

La première tranche des travaux sur l’espace public est terminée : sur la partie ouest du boulevard Charles-Gautier, le réaménagement des jonctions avec les axes Neruda, Appert et Claude-Bernard a été réalisé ainsi que le square des Bigourettes. La rue Duguay-Trouin a été prolongée, un parking-relais provisoire aménagé et le C3 a été prolongé.
La seconde tranche des aménagements est maintenant lancée jusqu’au rond-point Abel Durand, pour une livraison prévue en 2020. La circulation est maintenue sur l’axe pendant toute la durée des travaux.

Les habitants s’expriment

La salle a ensuite pris la parole pour exprimer les difficultés de vivre à proximité d’un tel chantier. Certains ont manifesté leur étonnement face à l’absence de commerces de proximité et la présence de banques et assurances. La question du logement dédié aux seniors ou partagé a été soulevée. D’autres ont signalé leurs difficultés à franchir le boulevard pendant les travaux. Le maire Bertrand Affilé a répondu en confirmant que des commerces et services s’implantaient mais aussi une offre plus directement de proximité (boulangerie, coiffeur, opticien…). Il a demandé à ce que les entreprises soient attentives au respect de leurs engagements à savoir assurer des traversées sécurisées pour les piétons.

Une attention sur la circulation

Le choix a été fait d’aménager des stationnements de qualité : 183 places publiques et 1.25 places privées par logement dans toute les opérations de construction. Afin de limiter le report des stationnements des usagers de la clinique ELSAN dans les rues adjacentes, une zone bleue a été aménagée et limitée à 1h30. Des potelets ont été installés rue Claude-Bernard. Les études menées montrent une évolution des pratiques des automobilistes. Avant les travaux, 30 000 voitures circulaient sur cet axe à une vitesse moyenne de 70 km/heure. Aujourd’hui, les comptages relèvent 25 000 véhicules/jour circulant à 50km/heure. En effet, les voitures choisissent d’emprunter d’autres itinéraires tels que le boulevard Salvador-Allende. La présence des transports en commun et les contraintes sur le stationnement sont là pour inviter les habitants et les usagers à changer leurs habitudes.

La rénovation du quartier de Preux

La réunion s’est poursuivie sur l’avancement des travaux du quartier de Preux engagés au cours de l’été. En sens unique jusqu’à la fin octobre, la rue Jean-Jaurès est en travaux pour réfection totale.  Le bois de Preux est également dans une phase de réaménagement. Le chantier sera interrompu d’octobre 2019 à mai 2020 pour permettre le désamiantage des immeubles d’Harmonie Habitat place Léo-Lagrange. 34 logements du patrimoine d’Harmonie habitat vont être réhabilités place Léo-Lagrange tandis que 12 autres et 2 commerces seront démolis place de Preux. Lors des questions-réponses, il a été rappelé que les cheminements devaient être accessibles à tous compte tenu de la loi de 2005. C’est la raison pour laquelle ils sont conçus avec un revêtement en stabilisé pour un accès facilité des poussettes et fauteuils roulants. Le coût total des travaux de rénovation des espaces publics s’élèvent à 3,3 M€.
Le maire Bertrand Affilé a souligné l’objectif de rendre visible la place de Preux, de la végétaliser et de la relier au reste du quartier. La vitesse excessive rue Jean-Jaurès a été évoquée. Le stop n’est pas respecté. "On va regarder l’accidentologie pour étudier ce qu’on peut faire en termes techniques" a-t-il précisé.

Un projet d’habitat participatif

Dans une logique de diversification de l’offre de logements, Pascal Pras vice-président de Nantes Métropole en charge de l’urbanisme, du foncier et de l’habitat a annoncé un projet d’habitat participatif. Il porte sur une dizaine de logements au sein d’une opération plus vaste (90 logements). "Nous essayons de mettre en œuvre cette offre en tenant compte des demandes particulières car ça se travaille projet par projet". Une date de réunion publique a été annoncée jeudi 14 novembre à 18h30 à l’hôtel de ville (salle des Mariages) organisée par les opérateurs ICADE et GHT en présence de Nantes Métropole et Loire Océan Métropole Aménagement. L’objectif : trouver des familles intéressées par un tel projet.

La démarche expliquée

Rappelant que l’idée d’un aménagement du boulevard remonte à au moins une dizaine d’années, Bertrand Affilé a évoqué la volonté qui a animé ces aménagements : transformer cette artère dédiée au tout-auto en boulevard paysager et apaisé ; relier les quartiers de manière plus fluide grâce à des liaisons douces. "On rentre en ville et, de ce fait, on doit pacifier sa conduite pour laisser les piétons et les cyclistes circuler".
Après une phase de concertation en 2010-2012, cette ZAC métropolitaine a été créée en 2013 et confiée à LOMA.S’en sont suivi des études opérationnelles puis le démarrage des travaux en 2015. "C’est un projet d’aménagement emblématique au cœur de la métropole. Venant faire couture urbaine entre les quartiers nord et sud, il apportera de la qualité de vie" confirme Pascal Pras vice-président de Nantes métropole. 
Ce quartier  mélangera les usages avec de l’habitat (800 à 900 logements), des services et des commerces, des bureaux, des équipements. 2 700 emplois sont attendus. L’espace public proposera des espaces propices à la rencontre, à la convivialité et des aires de jeux. Il est d’ores et déjà accessible en transport en commun par le Chronobus C3.

 

 

Dans l'actualité