Imprimer Pdf

Bellevue : un documentaire sur les mémoires du quartier

Publié le 02.04.2021

Un documentaire de 52 minutes sur l’histoire et la mémoire du quartier de Bellevue est en cours de préparation. Sophie Razavi et Karim Bouheudjeur sont aux manettes de ce projet commandé par Nantes Métropole en lien avec l’Agence nationale de la rénovation urbaine attachée à la sauvegarde de la mémoire des quartiers rénovés.

Quand la place du marché et le parc du Clos Fleuri n’étaient encore que des terrains vagues avec des buttes de terre que les enfants s’amusaient à escalader. Quand les jeunes se retrouvaient sur la place Mendès-France pour partir en discothèque le samedi soir. Quand, en 1977, des parents d’élèves se mobilisaient pour éviter la construction d’un immeuble à l’emplacement de la future place Denis-Forestier. Quand les habitants proches du Bois-Jo s’engageaient pour préserver ce bois sauvage lors du projet du périphérique. Ce sont tous ces souvenirs et bien d’autres que les documentaristes de l’association Café Prod sont en train de collecter auprès des habitants de Bellevue.

Un nouveau quartier décidé par l’État

"Notre objectif est de donner une bonne place à la parole des habitants pour raconter l’histoire du quartier à cheval entre deux villes" explique Sophie Razavi co-réalisatrice avec Karim Bouheudjeur d’un documentaire de 26 minutes sur la place des Lauriers. Présence de deux mairies, d’une église, vie dans les appartements, culture urbaine… les documentaristes s’intéressent à la vie des habitants et à leur appropriation de cette zone à urbaniser en priorité (ZUP) toute neuve dont la construction a été décrétée par l’État dans les années 1960.

Plongée dans les archives

Afin d’enrichir leur film, les deux réalisateurs ont mené des recherches aux archives municipales de Nantes et Saint-Herblain, et départementales. "Nous avons trouvé beaucoup d’écrits politiques entre la Préfecture et la mairie qui échangent sur les constructions, sur l’idée d’implanter un bureau de police à Bellevue" raconte Sophie Razavi. Les archives diocésaines sont elles aussi une mine d’informations avec les écrits des prêtres de la paroisse (Jean Levin et Augustin Lebreton investi dans l’accueil de travailleurs immigrés). Ils se sont aussi penchés sur des thèses de sociologie et d'anthropologie écrites sur le quartier. Les témoignages d’habitants se font rares excepté le livre sur Bellevue écrit par la nantaise Michelle Palas, fondatrice en 1990 de l’épicerie communautaire, structure d’insertion sociale qui accompagne les personnes démunies, éloignées de l’emploi dénommée Bellevue 2000.

Karim Bouheudjeur et Sophie Razavi, les deux documentaristes.

Tournage entre mai et juillet

Une fois le repérage des témoins potentiels achevé fin avril, les deux réalisateurs construiront leur plan de montage jusqu’en mai. Le tournage est prévu de mai à juillet et sera suivi du montage au mois d’août. Plusieurs séquences sont déjà envisagées au domicile des habitants, dans les commerces, au café "Le Churchill" libre l’après-midi, en déambulation dans l’espace public. Un dessinateur-illustrateur interviendra pour compléter les images et animer le film. En effet, la possession d’un appareil photo était rare dans les milieux populaires à cette époque. Aujourd’hui, les traces visuelles ne sont pas nombreuses.

Un appel à participation

Un appel à participation est lancé pour recueillir les témoignages d’habitants et d’acteurs du quartier jusque fin avril. Quant aux photos elles pourront être collectées jusqu’à fin août.

memoiresdebellevue@gmail.com
sur Facebook et sur Instagram
06 21 92 78 51

(c) vue aérienne : Bruno Bouvry.

Dans l'actualité