Imprimer Pdf

Ciné-motion : un jury ouvert aux émotions

Publié le 01.10.2021

Samedi 9 octobre au cinéma Le Lutétia, les projections vont s’enchaîner toutes les 45 minutes dans le cadre du festival Ciné-motion. Un jury a été constitué et révélera ce jour-là les lauréats. Ses membres nous en disent plus.

C’est la première fois que Bilitis Levillain participe à un jury de cinéma. Cette jeune femme de 35 ans est passionnée de stop-motion et de 7e art. "La stop-motion, c’est avant tout beaucoup de créativité, de poésie" explique l’animatrice-volume professionnelle pour courts-métrages et séries télévisées depuis 4 ans. "Ce que j’aime, c’est mettre en mouvement des objets inanimés. Il y a une part d’enfance dans tout ça" confie-t-elle. "C’est un événement que j’attends avec impatience pour débattre avec les autres membres du jury. J’aspire à enrichir mes émotions de celles des autres membres du jury". 

"Voir des films qu’on ne voit pas habituellement"

Lydie Huot-Marchand est la première à avoir répondu à la proposition lancée par le cinéma Le Lutétia de faire partie du jury. Pour cette habitante du Bourg, photographe de formation et passionnée de cinéma, "c’est l’occasion de découvrir des films qu’on ne voit pas forcément en salle en temps ordinaire. Je suis sensible à la lumière et ai un œil exercé au cadrage". Au printemps dernier, elle a accompagné ses deux enfants à la journée Non-stop motion organisée par la Maison des Arts.  "Lors d’un atelier de stop-motion, j’ai aidé mes enfants à déplacer et photographier des play mobil 24 fois par seconde. Un travail très minutieux et de grande patience !" se souvient la jeune femme. Aux côtés de Bilitis et de Lydie, deux autres membres complèteront le jury : un ancien lauréat du festival et Claude Barras, parrain de cette 2nde édition et réalisateur d’un long-métrage multi-primé Ma vie de Courgette.

Trois jours avant le festival, les membres du jury se retrouveront dans la grande salle obscure du Lutétia pour visionner les films en compétition. Entre chaque catégorie, la lumière sera rallumée pour laisser place aux échanges et aux débats. Pour faciliter l’expression et la mise en commun de leurs points de vue,  les membres du jury auront à leur disposition une grille de critères sur les qualités techniques, esthétiques, le scénario et les appréciations personnelles. Ils resteront libres de s'en affranchir.

Une très bonne moisson

Les réalisateurs de films en stop motion avaient jusqu’au 31 août pour déposer leurs films. 131 ont été déposés contre 88 pour la première édition du festival. Parmi ces 131 films venus de près de 10 pays différents, 55 été sélectionnés pour concourir.

Trois types de récompenses seront remis : le super Moumouche de bronze, le super Moumouche d'argent et le super Moumouche d'or. Ces prix seront attribués aux gagnants des cinq catégories suivantes : moins de 11 ans ; de 11 à 16 ans ; plus de 16 ans ; inter-âge (familles, associations) ; et étudiants spécialisés en école supérieure de cinéma ou film d’animation. Des lots récompenseront les lauréats dont 600 euros pour le premier prix de chaque catégorie.

 

 

 

Dans l'actualité