Imprimer Pdf

Exposition Malte Martin : regard oblique

Publié le 23.10.2018

Entre design et graphisme, l’œuvre du franco-allemand Malte Martin revendique une réappropriation joyeuse de l’espace public par les citoyens. Elle est à voir (et à toucher) à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland à partir du 30 octobre 2018.

"Merci de toucher, d’expérimenter !" L’injonction peut paraître contradictoire à quiconque est coutumier des musées et autres galeries. Avec sa dernière exposition – "Fais-moi signe" - présentée à la bibliothèque Charles-Gautier-Hermeland à partir du 30 octobre, le graphiste-designer Malte Martin la fait pourtant sienne. Et continue de tracer un sillon bien personnel à travers ses œuvres : la réappropriation citoyenne de l’espace public, par le truchement du graphisme.

L’intéressé s’en explique. "À l’origine, le design graphique nourrissait une ambition de démocratisation : les objets devaient être accessibles à tous, tant en amont dans leur conception, que dans leur forme finale. Cet idéal a malheureusement été dévoyé." En cause selon l’artiste : les diverses formes de colonisation de l’espace public – langages publicitaires, administratifs…- qui uniformisent les villes et dépossèdent les citoyens de leur capacité à transformer leur lieu de vie.

Opulence

L’exposition "Fais-moi signe" présentera un florilège d’affiches de théâtre et d’objets d’édition imaginés par Malte Martin depuis la fin des années 80, et son passage – mémorable - par le célèbre atelier Grapus, à l’imagerie si singulière. "Grapus, c’était une véritable foire graphique, opulente et joyeuse, se souvient-il. L’atelier qui a montré que le graphisme n’était pas qu’affaire de publicité."

Seront également présentés certains de ses dispositifs numériques et jeux graphiques. Mais aussi des sculptures amovibles, à l’image de cette structure murale en 3D, entièrement recomposable à l’envie. Une démarche participative que l’artiste a pu récemment initier à une autre échelle, à Paris, pour la requalification de la populaire place des Fêtes. "C’est tout le sens de mon travail : aider à déployer l’imaginaire citoyen. Pour que nos villes redeviennent des terrains de jeux, de création, de débats. Une vraie agora, en somme."  

Exposition visible du 30 octobre 2018 au 12 janvier 2019, à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland.
Vernissage en présence de l’artiste, le 30 novembre, à 19h.

Dans l'actualité