Imprimer Pdf

Héloïse Robin : une artiste visuelle en résidence à la MJC

Publié le 11.01.2022

Cette peintre-illustratrice est en résidence pendant un mois à la MJC Bouvardière. Pour cette artiste formée à la laque traditionnelle, cette période va être celle des expérimentations.

Héloïse Robin nous reçoit dans son atelier en lisière de forêt, quelque part dans la campagne bouguenaisienne. La tranquillité a de quoi inspirer, c’est vrai. Ses dernières créations sont rangées au sol prêtes à être acheminées vers leur lieu d’exposition, des pinceaux fleurissent sur sa table de travail en pleine lumière face à une fenêtre en demi-lune, des morceaux de bois enduits inondent l’étagère, le sac de blanc de Meudon est encore ouvert. Mélangé à la colle de peau de lapin, cette matière lui permet de réaliser l’enduit dont elle recouvre ses supports.

Cette artiste a déjà roulé sa bosse. "J’ai opté pour une carrière artistique en 2007 après un voyage d’un an avec mon sac à dos en Amérique du Sud et en Océanie. Ça a été comme un reset. Ensuite, je n’ai plus arrêté de peindre et de dessiner. Puis, un premier album jeunesse est paru chez Thomas Jeunesse et d’autres ont suivi comme Arbristoires qui va paraître en mars 2022 chez Didier Jeunesse" raconte la jeune femme.  

Puis, de façon très progressive, l’artiste a continué sur le chemin des créations illustratives et des peintures personnelles. Des rencontres lui ont permis de s’initier aux techniques traditionnelles comme la dorure et la laque. Fascinée par ses voyages au bout du monde, par l’Asie en général, par les miniatures indiennes, mais aussi par des artistes comme la peintre Fabienne Verdier, Héloïse Robin est très sensible à la nature. "Mon approche du paysage déforme les échelles. Je déconstruis les plans par un jeu de transparence des couleurs. En quelque sorte, cela laisse place à un paysage onirique".

Une époque vaporeuse

À la MJC Bouvardière, l’artiste a envie de profiter de ce temps de résidence pour  sculpter à partir de matériaux naturels trouvés au gré de ses promenades dans le parc du Val de Chézine. Sur le thème de la disparition, elle s’essaiera à la couleur blanche. Une nouveauté pour elle qui aime tant les univers luxuriants et joyeux. "J’aimerais révéler le blanc de la couche inférieure d’enduit en usant les couleurs, par ponçage ou gravure". Par son travail, Héloïse Robin interroge notre époque : "nous traversons une période vaporeuse, pleine de confusion et en perte de sens. L’usage du blanc fera écho à ce brouillard. En enrobant d’enduit des éléments naturels (branchages notamment), ce blanc évoquera une aseptisation de la société et une mise à distance de la vie".

Justement, elle proposera aux enfants inscrits en cours de dessin, des ateliers sur la symbolique des masques par le biais de l’histoire de l'art.  Quant à son exposition "Évanouissement", elle sera volontiers évolutive avec une série intitulée "Kayso : variations sur le littoral de notre planète Terre" et des pièces réalisées au cours de son mois à Saint-Herblain.

Infos pratiques

Exposition du 10 janvier au 4 février.
Vernissage : jeudi 27 janvier à 18h30.
Résidence du 3 au 28 janvier 2022.
Maison des jeunes et de la culture, avenue Alain-Gerbault, Saint-Herblain.

Crédit photo : Simon Guyomard.

Dans l'actualité