Imprimer Pdf

La Bibliothèque : des équipements à la page

Publié le 26.10.2020

Réseau de lecture publique fort de 190 000 documents empruntables, la Bibliothèque constitue l’une des têtes de pont de la culture à Saint-Herblain. Une place particulière qui s’explique à la fois par la richesse des collections et la variété des animations qui font des médiathèques et bibliothèques herblinoises des lieux de partage, d’apprentissage et de découverte.

À quoi ressembleront nos bibliothèques dans 20 ou 30 ans ? Probablement pas exactement à ce qu’elles sont aujourd’hui et encore moins à ce qu’elles étaient aux tournants des années 2000.

"Les bibliothèques sont des lieux qui se réinventent et évoluent en permanence, explique Jean-François Fourichon, directeur des affaires culturelles à la Ville. Une bibliothèque en 2020 n’est plus ce qu’elle était en 1990. On n’y emprunte plus seulement des objets culturels, on vient aussi y travailler, y jouer, y consulter l’actualité… Ce sont des lieux qui offrent une grande variété d’usages."

Lire et bien plus

À Saint-Herblain, cette variété d’usages s’affirme dans un réseau de lecture publique composée de trois médiathèques (Charles-Gautier-Hermeland, Gao-Xingjian et la future médiathèque du Bourg, livrée au printemps 2021), d’une bibliothèque (Bellevue, à la Maison des Arts) et d’une ludothèque (au Grand B).

De nombreuses animations sont proposées sur le réseau. Et ce, même pour le plus jeune âge, à l'image, ci-dessus, des séances de lecture "Sous mon L".

Saint-Herblain est ainsi "la ville de l’agglomération qui compte le plus d’équipements de lecture par habitant, rappelle Jean-François Fourichon. En termes de service public, ça a du sens." Et qu’y trouve-t-on dans ces équipements ? Des classiques bien sûr, à commencer par les collections.

Celles de la Bibliothèque ont la particularité d’être volumineuses, facilement accessibles (jusqu’à 20 documents à emprunter simultanément) et très pointues dans certains domaines, comme la danse ou le théâtre, une référence au niveau régional. Ils sont une cinquantaine d’agent·e·s chargé·e·s au quotidien d’entretenir, de faire vivre, de référencer et de renouveler cette collection de documents d’une remarquable diversité : livres et essais,
bd, revues, cd et dvd, oeuvres d’art (lire encadré).

Mais aussi beaucoup de jeux. "La Ville a très tôt considéré le jeu comme un objet culturel à part entière, déclare Jean-François Fourichon. Le Festival des Jeux, que nous organisons depuis près de 30 ans, est d’ailleurs le deuxième évènement autour du jeu en France après celui de Cannes." "Avec la gratuité, c'est ce qui fait le succès de nos équipements auprès des Herblinois, renchérit Frédérique Simon, nouvelle adjointe au maire chargée de la culture. Le jeu attire dans nos équipements des gens qui n'y seraient peut-être pas venus sans cela."

Le réseau, en quatre chiffres

  • 400 000 prêts effectués en moyenne chaque année
  • 3 545 élèves herblinois accueillis chaque année
  • 8 000 abonnés actifs sur le réseau
  • 4 grandes expositions présentées chaque année à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland

Publics éloignés

Par-delà ces collections, La Bibliothèque c’est aussi de nombreuses animations tout au long de l’année. "L’équivalent d’une animation par jour", aime-t-on à rappeler chez les bibliothécaires. Spectacles, expositions, lectures pour tout-petits, projections, club de lecture… Le choix ne manque pas.

La culture se vit sous toutes les formes dans les médiathèques herblinoises. Ici, un spectacle de danse à la médiathèque Charles-Gautier-Herblinois.

Autre particularité : La Bibliothèque travaille aussi au quotidien pour s’adresser à des publics habituellement "éloignés" de ces équipements. C’est le cas des personnes allophones à travers des ateliers de conversation, à la médiathèque Gao-Xingjian. Ou des personnes âgées dépendantes qui, durant le Mois Bleu (en octobre 2020), ont pu se faire livrer leurs documents directement à domicile, grâce à l'investissement du service municipal
de la solidarité.

Enfin, dernière initiative marquante parmi d’autres, la signature en octobre dernier d’un Contrat territoire lecture entre Nantes et Saint-Herblain, sous l’égide de l’État, afin de soutenir la dynamique de lecture dans un quartier prioritaire (Grand Bellevue). "L’idée, c’est de faire en sorte que tout le monde s’approprie ces équipements culturels, estime Frédérique Simon. Une bibliothèque ouverte à tous les publics, c’est indispensable, car je suis persuadée que la culture a un rôle à jouer dans la réappropriation démocratique de la vie de la commune."

Toutes les informations pratiques à retrouver sur le site de la Bibliothèque.

Bibliothèque et reconfinement

Conséquence directe des mesures de reconfinement décidée par le Président de la République, le 28 octobre dernier, tous les équipements du réseau - bibliothèque, médiathèque et ludothèque - sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Un service de "clique et collecte" est mis en place à partir du samedi 7 novembre, aux médiathèques Charles-Gautier-Hermeland et Gao-Xingjian et à la Ludothèque du Grand B. Ce service permet le retrait de documents (via des réservations effectuées sur le site de la Bibliothèque) et le retour de prêts. Plus d’infos sur ce service à retrouver sur le site de La Bibliothèque.

Ils nous en parlent !

Visant Roué, cadre territorial, usager des médiathèques herblinoises

Herblinois depuis huit ans, Visant Roué, 47 ans, fréquente une à deux fois par semaine les bibliothèques et médiathèques avec sa famille, notamment ses deux enfants, "grands amateurs de BD". "C’est à chaque fois un moment de respiration, explique-t-il, car au-delà des collections, chaque médiathèque est aussi un lieu agréable où il fait bon flâner, feuilleter des livres
ou des journaux… La médiathèque Charles-Gautier-Hermeland notamment, avec sa grande verrière et son architecture atypique, est remarquable
de ce point de vue-là !".

S’il reconnaît la qualité du fonds de documents de la Bibliothèque – "on trouve toujours ce dont on a besoin et on est souvent surpris par ce qu’on ne venait pas chercher" –, Visant regrette une chose : l’absence de livres en breton. "C’est ma langue maternelle, il y a une filière français-breton très développée à Saint-Herblain et je pense qu’il serait très intéressant d’en avoir un écho dans les bibliothèques de ma ville !"

Laurence Descubes, intervenante en Parcours artistique et culturel

Dans son travail de bibliothécaire, Laurence Descubes accompagne au quotidien les usagers dans la découverte des collections. Rien de plus logique, dirons-nous. "Mais ce que beaucoup savent moins, explique Laurence Descubes, c’est que les bibliothécaires interviennent aussi chaque année auprès d’une douzaine de classes maternelles et élémentaires pour les sensibiliser à différentes disciplines artistiques".

Des interventions permises par le dispositif national des Parcours artistiques et culturels (PAC). Le principe est simple : les enfants sont invités dans les médiathèques pour découvrir une discipline – illustration, slam, gravure… – puis ils mettent en pratique ce qu’ils ont appris en compagnie d’un artiste. "C’est important de travailler avec un artiste, car ça permet aux enfants de s’impliquer, considère Laurence Descubes. C’est comme ça qu’on ouvre aux enfants le champ des possibles. Et pour certains, c’est une vraie révélation."

Dans l'actualité