Imprimer Pdf

Lettres à Nour : crise de foi

Publié le 26.02.2019

Adaptée d’un roman épistolaire de Rachid Benzine, la pièce de théâtre "Lettres à Nour" sera jouée lundi 4 mars à la Maison des Arts. Une œuvre dense qui interroge la force de l’amour filial mis à l’épreuve d’une crise identitaire et religieuse.

"Mon cher papa, je sais que cette lettre va te faire du mal. Pourtant, je veux te dire combien je t’aime. Pardonne-moi, je t’ai menti. […] Avant-hier, je suis arrivée en Irak rejoindre mon mari, un responsable régional de l’État islamique, cette armée de volontaires constituée pour défendre l’islam et les pauvres." C’est par ses mots, chargés de toute l’émotion que peut contenir un aveu aussi vibrant, que débute la première des nombreuses lettres du roman "Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir", de Rachid Benzine, et adapté au théâtre sous le titre "Lettres à Nour".

Soit l’histoire de deux personnages, un père aimant, universitaire érudit et humaniste vivant sa foi musulmane dans le respect et la tolérance ; et sa fille, jeune femme partie rejoindre son djidahiste de mari, en Irak. Entre eux deux va se nouer un dialogue sous forme de lettres échangées, l’un cherchant à faire revenir sa fille à la raison (et à la maison !), l’autre tentant de justifier un choix qu’elle juge légitime. 

Du particulier à l'universel

"À travers ce dialogue, je cherche à comprendre les motivations des jeunes qui partent rejoindre Daech, expliquera Rachid Benzine, islamologue, universitaire et auteur de la pièce, lors d’une interview sur la chaîne d’information LCI. Déconstruire l’idéologie passait par une confrontation entre ces deux personnages. Mais que peut la pensée quand elle est incapable de sauver les siens ? Finalement ce roman, c’est une histoire universelle qui s’inscrit dans le particulier."

Réflexion sur la radicalisation sur fond de relation père-fille, la pièce a connu un succès national et a été notamment interprétée ces dernières années par Éric Cantona ou Charles Berling. Jouée pour la première fois à Saint-Herblain, la pièce est ici mise en scène par l’association La Palissade, bien connue sur le territoire herblinois pour ses activités d’éducation populaire et ses cours de théâtre, de danse et d’arts plastiques. Thierry Maillard et Elsa Maillard interpréteront les deux personnages de ce drame familial et identitaire. La pièce sera suivie d’un échange avec la salle.

"Lettres à Nour", adaptée du roman épistolaire de Rachid Benzine : "Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ?". Mise en scène par Thierry Maillard (association La Palissade).
Lundi 4 mars, 20 h. Maison des Arts, 26 rue de Saint-Nazaire.
En partenariat avec la Préfecture de Loire-Atlantique, le Conseil départemental et Atlantique habitation.

Dans l'actualité