Imprimer Pdf

Parcours Sémaphore ou la Loire vue d’en haut

Publié le 27.05.2019

Depuis mi-mai, cinq sémaphores ont été installés le long de l’Estuaire de Saint-Herblain à Saint-Nazaire. Imaginés par l’artiste Vincent Mauger, ils permettront aux randonneurs et cyclistes de faire une halte en longeant la Loire, le temps d’observer la vie sur le fleuve sous un autre angle.

Depuis quelques jours, un singulier promontoire fait face à la Loire, le long du quai Émile-Cormerais. Refuge pour les oiseaux ? Antenne pour diriger les bateaux ? Cabane pour s’isoler ou trône de bois pour contempler l’estuaire ? Leur créateur, Vincent Mauger, cultive le mystère, laissant l’interprétation libre à chacun devant cette structure en bois PEFC (issu de forêts gérées durablement) de cinq mètres de haut. « Leur silhouette peut évoquer les rayons de la roue d’un vélo, une cabane dans les arbres, des herbes hautes enchevêtrées… À chacun de gravir cette sculpture et d’imaginer sa propre histoire » propose l’artiste.

Créé à l’initiative du pôle métropolitain Nantes-Saint-Nazaire, le projet de Vincent Mauger a été sélectionné dans le cadre d’une consultation artistique en 2017. Il fait partie de la démarche Eau et Paysages lancée en 2014. Financées à hauteur de 20% par les fonds européens, les cinq sémaphores ont été créés et installés pour un budget total 450 000 €.

Sur les chemins de la Loire à vélo

Cinq constructions similaires, toutes en forme de hérissons, ont été installées le long de la Loire : à Saint-Herblain, Couëron, Saint-Étienne-de-Montluc, Donges et Saint-Nazaire, et participent de l’identité commune de ces paysages de l’estuaire. Randonneurs et cyclistes pourront y observer les transformations du paysage, entre fleuve et prairies, jusqu’à l’embouchure de la Loire. Du panorama portuaire et industriel aux paysages marécageux et naturels, ces installations permettront de (re)découvrir l’estuaire, et prendre le temps de saluer la Loire autrement.

Tantôt juché au-dessus des paysages fragiles des marais, tantôt entouré de bâtisses industrielles et portuaires, les sémaphores deviennent ainsi témoins et gardiens du patrimoine historique et paysager unique de l’estuaire. Les sémaphores servaient à l’origine d’outil de communication entre la mer et la terre, et constituaient un repère visuel pour les marins. Aujourd’hui, les bateaux ont d’autres repères pour se diriger sur la Loire, mais il y a fort à penser que ces belvédères,  curieux et poétiques, ne manqueront pas d’attirer l’œil des explorateurs de l’estuaire…

Dans l'actualité