Imprimer Pdf

"Phonorama subjectif" : Saint-Herblain en sons, images et émotions

Publié le 14.03.2016

Jack in my Head sera le 22 mars sur la scène de la Maison des Arts, pour un concert / performance autour du territoire herblinois. Explications avec le compositeur et violoncelliste Erwan Martinerie.

Comment est né le spectacle joué le 22 mars ?
C’est la continuité d’un projet précédent de Jack in my Head baptisé "Chine". J’avais ramené d’une tournée là-bas une sorte de carnet de voyage en son et en images, et Sébastien Bouclé a travaillé dessus en vidéo. Je me suis rendu compte à quel point partir d’un lieu était inspirant. Au printemps 2015 est venue une proposition de collaboration de la Maison des Arts (MDA). Dès le début, l’idée était d’associer Jack in my Head aux élèves de l’établissement de deux manières : par la création et par des interventions. Ce sont deux projets qui ont ainsi été menés en parallèle.

D’où cette première partie, intitulée "Jack in my kitchen" ?
Oui, la soirée débutera avec trois morceaux travaillés avec les élèves : quatre violonistes, un groupe d’ados qui étudient les arts plastiques et deux "électrons libres" qui fréquentent les ateliers numériques de la MDA et qui sont intervenus sur l’aspect vidéo. Tous ont travaillé sur le thème de l’année à la MDA : la cuisine.

Pour ce qui est de l’aspect création, quelle forme a pris ce "Phonorama subjectif" ?
C’est une série de compositions musicales illustrées par des images projetées en fond de scène, sur un écran vidéo constitué de bandes verticales. Le spectacle est construit autour d’un parcours à pied, qui part du Sillon et va pratiquement jusqu’à la Loire. Nous avons passé environ trois semaines à capter des images du territoire herblinois, en empruntant sentiers et espaces verts. Dans le même temps, Sébastien fait du traitement d’images en direct. La musique inclut aussi beaucoup de sons captés ou joués sur site. L’idée n’est pas de reconnaître tous les lieux, mais d’exploiter d’une façon esthétique ce que l’on a capté. Au final, on découvre Saint-Herblain sous un jour différent de ce que l’on en perçoit lorsque l’on n’y habite pas. Un territoire singulier.

Mardi 22 mars 2016 à 20h, Maison des Arts, 26 rue de Saint-Nazaire. Gratuit.

Découvrir le teaser de Phonorama subjectif