Imprimer Pdf

Vincent Perrottet, graphiste engagé et engageant

Publié le 21.11.2015

Attention, exposition exceptionnelle à la médiathèque Hermeland !

Avant que l’équipement ne ferme temporairement pour travaux de rénovation, le graphiste Vincent Perrottet y dévoile une série de créations qui ne laissera personne indifférent. Interview.

La Bibliothèque vous présente comme "un artiste engagé et engageant". C’est-à-dire ?

Engagé, car il y a derrière ce travail une réflexion politique – au sens littéral. Il s’agit de lutter contre les images indigentes dans l’espace public, images sans intérêt ou qui ne sont là que pour produire du réflexe d’achat, donner des injonctions. Elles sont le fait des industriels mais aussi, quelquefois, des services des villes. Or, tout ce qui est partagé dans l’espace public devrait être au maximum de la qualité. On sait le faire, il y a des gens formés pour ça !

J’essaie de mettre de la qualité là où elle doit être, un peu comme cela devrait être le cas en architecture, dans le mobilier urbain… J’ai travaillé dans beaucoup de villes et cela a souvent été un combat. Quant à la publicité, elle est d’abord là pour vendre et on est dans de tels rapports de pouvoir que des gens comme moi n’ont aucune chance d’y travailler. Je travaille donc dans le champ associatif ou culturel avant tout.

Lire le manifeste Partager le regard

Qu’est-ce que le public peut voir à la médiathèque Hermeland ?

L’exposition montre des travaux qui s’étalent sur une quinzaine d’années. D’abord des affiches pour le théâtre, réalisées avec mon amie graphiste Anette Lenz avec qui j’ai travaillé 12 ans. Ensuite, une série d’images politiques, intitulée "Travaille d’abord, tu t’amuseras ensuite", qui porte sur des thèmes comme la consommation, la production, l’industrie…  Une 3e série de 36 images a été réalisée dans un des quartiers nord de Marseille. Il s’agissait de donner un autre point de vue que celui des mass-médias sur ces quartiers, mais aussi d’expliquer pourquoi il y a tant de problèmes.

L’exposition déborde de la galerie pour investir tout le bâtiment. Pourquoi ce choix ?

D’abord parce que j’ai beaucoup de travaux à montrer ! Si je m’en étais tenu à la salle d’exposition, même si elle est confortable, je n’aurais pas mis grand-chose. Je voulais que ce soit spectaculaire, qu’on ne puisse pas y échapper, d’où le titre "Des images partout" ! Ensuite, la médiathèque est un lieu de culture et le travail réalisé avec Anette va dans ce sens : ce sont des images qui sont "cultivantes", censés toucher nos sens et faire réfléchir un peu.

Exposition du 20 octobre au 19 décembre 2015, en accès libre aux heures d’ouverture de la médiathèque. Vernissage vendredi 4 décembre.