Imprimer Pdf

Conférence : "Peut-on continuer à tuer les animaux ?"

Publié le 27.12.2017

La cause animale est au centre du prochain rendez-vous Place publique, jeudi 18 janvier 2018 à la Maison des Arts.

Depuis quelques années, le regard des êtres humains sur les animaux a radicalement changé : ils ne sont plus considérés comme de simples objets dont on peut disposer comme bon nous semble, mais comme des êtres sensibles. Les recherches scientifiques, en particulier dans les domaines de l’éthologie et des neurosciences, ont conforté cette approche nouvelle.

La condition animale est défendue par de multiples associations, militant pour autant de causes : interdiction de la corrida, de la chasse, du dressage pour le cirque, des expérimentations scientifiques, dénonciation des conditions d’élevage, de transport, d’abattage, etc. Le statut juridique des animaux est débattu. Un parti animaliste a même été créé en 2016.

"C’est le prochain pas de civilisation, après l’abolition de l’esclavage, de la torture et la reconnaissance des droits des hommes et des femmes", estime le philosophe bouddhiste Matthieu Ricard, auteur d’un "Plaidoyer pour les animaux". Mais ces combats heurtent souvent des traditions culturelles ou religieuses, notre mode de vie. La consommation de viande est particulièrement visée. Il faut dire que chaque année en France, un milliard d’animaux terrestres sont abattus pour être mangés…

Comment l’être humain peut-il repenser son lien aux autres êtres vivants ? "L’intelligence de l’humain repose sur ses capacités à déconstruire et à remettre en question ses habitudes, ses traditions et ses normes, à évoluer. Mais on ne peut pas tout changer d’un coup : il serait irréaliste de demander à interdire totalement l’élevage ou l’abattage", reconnaît Lucille Peget dans Le Monde.

Cette militante de la condition animale, fondatrice de l’association La Nuit avec un moustique, en débattra lors de la soirée Place publique avec Catherine Helayel, avocate et vice-présidente de l’association Animal, justice et droit, auteure de "Yes vegan, un choix de vie". 3e intervenant, l’éthologiste Pierre Le Neindre, qui a travaillé en particulier sur la souffrance animale chez les animaux d’élevage. Le débat sera animé par Karine Parquet.

Jeudi 18 janvier 2018, 20h-22h, Maison des Arts de Saint-Herblain, 26 rue de Saint-Nazaire. Entrée libre et gratuite.

Dans l'actualité

En savoir plus

Place publique


En 2005, la Ville de Saint-Herblain lançait un premier temps fort autour de sujets de société et d’actualité. L’idée : donner à tous la possibilité de s’informer, de questionner et de dialoguer avec des experts, militants, élus, journalistes… Au fil des années, ce rendez-vous a évolué dans sa forme pour devenir un cycle de conférences et tables rondes, accueillies principalement à la Maison des Arts au rythme d’un rendez-vous mensuel.