Imprimer Pdf Suggérer cette page à un ami

Conférence : la guerre perdue de la drogue

Nouveau rendez-vous Place publique ce jeudi 14 décembre 2017 à la Maison des Arts.

1 an de prison et 3 750 € d’amende : c’est ce que risque en théorie toute personne faisant usage en France d’un produit stupéfiant illicite. La loi du 31 décembre 1970 est ainsi parmi les plus répressives en Europe. Elle est tout aussi inefficace : depuis son adoption, le nombre d’infractions à la législation sur les stupéfiants a été multiplié par plus de 50. L’usage du cannabis chez les Français de 15-34 ans est aujourd'hui l’un des plus élevés d’Europe.

Si la consommation a explosé, le trafic et la criminalité ont eux aussi grimpé en flèche. Des quartiers entiers sont gangrénés par l’économie souterraine liée aux stupéfiants. Commissariats et tribunaux sont engorgés par les affaires liées à la drogue. Au final, selon l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, le "coût social" des drogues pour les finances publiques est évalué à environ 1% du PIB national !

Longtemps taboue, la question d’une révision des politiques des drogues a enfin émergé lors de la dernière campagne présidentielle. "Il est dorénavant établi qu’en dépit des moyens considérables mobilisés pour y parvenir, la vision d’un monde sans drogues (...) a eu des conséquences dramatiques sans pour autant atteindre ses objectifs", plaidait ainsi en février 2017 des intellectuels et politiques rassemblées par l’association citoyenne Echo.

De nombreux pays ont déjà changé de cap en adoptant une approche sanitaire plutôt que répressive : des États-Unis au Canada et à l’Uruguay, en passant par le Portugal, les Pays-Bas, la Suisse... Est-ce le moment de changer la législation ? Si oui, doit-on faire une différence en fonction des types de drogue ? Quel accompagnement mettre en place pour les usagers ?

Trois intervenants viendront en débattre lors d’une table ronde Place publique, animée par Guillaume Mézières :

Jeudi 14 décembre 2017, 20h-22h, Maison des Arts, 26 rue de Saint-Nazaire. Entrée libre et gratuite.