Imprimer Pdf

Gournerie : la concertation se poursuit

Publié le 30.12.2021

Depuis quelques mois, le parc de la Gournerie fait l’objet d’une concertation associant les habitants à la réflexion sur son réaménagement. Une nouvelle étape de la concertation est lancée en ce début d’année sur les futurs aménagements de la prairie ludique.

Poursuivant sa méthode de travail basée sur la participation et le dialogue, la Ville a interrogé au printemps dernier les usagers de ce parc, vaste de 72 hectares. Des 50 réponses recueillies via le site jeparticipeasaintherblain.fr, plusieurs souhaits ont été exprimés :

"Ces attentes confortent le diagnostic effectué lors de visites régulières le week-end pour observer les pratiques et les usages, l’état des cheminements et du mobilier, pour recenser les formes paysagères présentes au sein du parc. Ce diagnostic est très large et prend en compte également la dimension historique du parc" explique Thomas Ferrari, ingénieur paysagiste à l’atelier Broussaille, qui s’est chargé d’analyser les avis recueillis. Ces souhaits ont été intégrés dans un premier schéma paysager de l’ensemble du parc. Forts de ces constats, l’agence Broussaille a fait des propositions.

Les propositions d’évolution

Une prairie ludique

Pour conforter le cœur du parc à proximité de la Maison des étangs, l’espace clos qui renfermait jusque-là le verger conservatoire, la pépinière municipale et le jardin pédagogique va être ouvert, à l’exception du jardin pédagogique qui restera clôturé pour éviter les dommages d’animaux sauvages. Une prairie ludique sera aménagée à la place de la pépinière qui, elle, rejoindra une autre zone du parc.

Pour déterminer les équipements à installer et les pratiques attendues, les usagers sont consultés jusqu’au 31 janvier 2022 via un questionnaire en ligne. "L’idée est ici de recréer de nouveaux espaces pour en faire vraiment un centre agréable où on peut venir passer un après-midi de détente quand il fait beau en famille ou entre amis" poursuit Thomas Ferrari qui compte à son actif la conception du réaménagement du parc de la Bégraisière.

La biodiversité retrouvée

Actuellement, plusieurs endroits connaissent un appauvrissement de leur biodiversité. Les berges de la partie sud du grand étang sont concernées tout comme le sont les lisières forestières. La volonté est d’arrêter l’érosion des berges en les revégétalisant. Certaines seront pourvues d’aménagements qui permettront aux pêcheurs de poursuivre la pratique de leur loisir.

Du côté des lisières de la forêt, l’aspect sauvage a disparu à la suite d’un entretien conventionnel de la forêt depuis une cinquantaine d’années. Il s’agit aujourd’hui de renforcer ces espaces. De même, la pratique des fauches des prairies est appelée à évoluer en cohérence avec les écosystèmes en place. Afin de préserver le renouvellement de la faune et de la flore, les fauches auront lieu en dehors des périodes de reproduction. 

Des entrées requalifiées et une boucle de promenade créée

L’agence Boussaille a également constaté un déficit de signalétique pour qui ne connait pas le parc. C’est ainsi que des panneaux à la charte graphique de la Ville seront installés dès les entrées du parc (boulevard du professeur Monod, parking rue de la Syonnière, rue de la Rousselière et entrée par le rond-point du Croisy). Ils permettront une plus grande visibilité au parc. Les usagers s’orienteront plus facilement et repéreront plus aisément les différents espaces (prairie, forêt, bord de la Chézine).

Les accès piétons seront facilités et accessibles aux personnes à mobilité réduite et aux cyclistes. Les matériaux utilisés pour les cheminements seront qualitatifs en étant les plus naturels et perméables possibles.

La concertation se poursuit

Alors que les grandes orientations du projet sont dévoilées depuis le 20 décembre 2021, une nouvelle concertation est lancée autour des activités ludiques et de la question de l’ouverture du jardin pédagogique. Une balade guidée dans le parc aura lieu au printemps 2022 avec l'atelier Broussaille pour présenter le projet définitif.

Dans l'actualité