Imprimer Pdf

Participation citoyenne : la voie actée

Publié le 07.06.2021

C’était déjà un axe fort du précédent mandat, elle s’affiche désormais comme l’une des priorités des années à venir : la participation des Herblinois et Herblinoises à la vie de leur commune. Avec un objectif aussi clair qu’ambitieux : impliquer au moins 10 % de la population herblinoise dans un projet participatif.     

La place de Preux et ses alentours, Bertrand Briand connaît bien. Trente ans qu’il habite ici, "dans ce petit village installé au cœur d’une grande ville". Sauf que celui qui est devenu entre-temps président de l’association de quartier doit bien le reconnaître, ce quartier de 2000 habitants à l’urbanisme si singulier "se mourrait à petit feu ces dernières années, avec le départ des commerçants et le vieillissement de l’habitat".

Alors, quand la Ville décide de lancer une vaste concertation en 2018 en vue de réinventer Preux, Bertrand Briand n’hésite pas. "Avec les habitants, dont certains n’avaient jamais participé à un atelier de co-construction, nous avons été consultés sur la manière de faire évoluer le quartier : de la sélection des aménagements jusqu’au choix des urbanistes ! Même si toutes nos recommandations n’ont pas été suivies, il faut avouer que mettre ses idées sur la table et se sentir écouté, ça donne envie de s’investir."

Lever les freins

Le réaménagement du quartier de Preux est un cas d’école de la volonté de la Ville d’impliquer fortement les habitant∙e∙s dans le devenir de leur commune. Une volonté qui trouve sa source dans les années 80 avec la création des premiers Conseils consultatifs de quartier (CCQ), à l’initiative du maire d’alors, Charles Gautier.

Des prémisses sur lesquelles la Ville s’appuie pour restructurer et consolider la participation citoyenne en 2014, avec l’idée d’impliquer plus fortement encore les habitant∙e∙s dans chaque projet développé, que ceux-ci concernent un quartier (réhabilitations de Preux, du Bourg ou de Bellevue), la ville entière (Temps fort culture, réaménagements de certains parcs comme la Chézine ou la Bégraisière, futur du Cours Hermeland…) ou même la métropole (grands débats sur la Loire ou le vieillissement de la population).

À cet égard, les Dialogues Herblinois ont joué, ces dernières années, un rôle de rendez-vous récurrent attendu tout comme encore aujourd’hui, les Conseils citoyens, installés dans les deux quartiers prioritaires de Saint-Herblain, Bellevue et le Sillon. "Pourquoi faisons-nous ça alors qu’après tout, nous sommes déjà élus sur un programme ? lance Christian Tallio, adjoint au maire à la démocratie locale. Nous le faisons parce que la démocratie locale ne saurait se passer de l’implication de tous dans la délibération et la construction des projets qui feront la ville de demain."

Reste désormais à lever les freins qui brident cette participation. "Il en existe de toutes sortes, comme la défiance dans les institutions, le sentiment de ne pas se sentir “compétents” ou “légitimes”…, énumère Christian Tallio. Il faut en avoir conscience pour connaître les difficultés de l’exercice et imaginer de nouvelles choses."

"Aller vers"

Afin de rendre la participation la plus large possible, de nouveaux outils vont donc être mis en place dans les mois qui viennent. En plus des réunions et ateliers traditionnels, un site participatif a vu le jour en avril dernier (lire encadré). "Un outil très souple, accessible 24h/24h, simple à utiliser et presque ludique, résume en quelques mots Christian Tallio. Et puis dans un contexte pandémique, ça présente l’intérêt de conserver un lien."

Site participatif, mode d’emploi

Donner son avis sur un projet lancé par la Ville ou suggérer de nouvelles idées d’aménagement pour son quartier, le tout confortablement assis sur son canapé ? C’est désormais chose possible grâce au site participatif lancé par la Ville le 19 avril dernier. Nouvelle façon de faire entendre votre voix, le site permet de participer aux consultations lancées par la Ville, d’émettre des idées spontanées ou de dialoguer et de réagir aux propositions des autres contributeurs.

Premiers sujets ouverts à participation en ligne : l’installation de boîtes à livres et de boulodromes couverts, le réaménagement du parc de la Carrière, l’installation de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments municipaux, le réemploi, la traversée de la rue Neruda et les aménagements du parc de la Gournerie.

D’autres dispositifs vont également être créés, comme l'Observatoire citoyen des politiques publiques réunissant habitant·e·s, associations et entreprises, et qui sera chargé de porter un regard critique et constructif sur les politiques publiques. "Et puis, il ne faudra pas oublier d’aller à la rencontrer des habitants, souligne Christian Tallio. Car la participation ne se résume pas à un ensemble d’outils, c’est aussi une capacité d’être à l’écoute et d’offrir un service public de qualité, adapté aux besoins."

Chiffres clefs

98 projets ouverts à la participation entre 2014 et 2019
422 rencontres avec les habitant∙e∙s organisées entre 2015 et 2018
8 projets ouverts à la participation en 2021 sur le site participatif
5 boulodromes couverts construits d’ici 2024 selon des emplacements définis par les habitant∙e∙s

Ils ont eu leur mot à dire

Sébastien Dacher

Président du club Belettes Touch Rugby
"Des discussions simples et franches"

Crée il y a une dizaine d’années et fort d’une soixantaine d’adhérents, le club des Belettes promeut la pratique du Touch rugby, un sport dérivé du rugby à XIII qui se pratique sans contacts. Domicilié à l’Orvasserie, le club déménagera l’automne prochain au sein du tout nouveau pôle rugby du Vigneau, actuellement en construction. "On nous l’a annoncé il y a trois ans et la Ville nous a tout de suite impliqué dans le projet, se souvient Sébastien, président du club. Dès le début, on a travaillé de concert avec les équipes techniques pour imaginer l’agencement des vestiaires et la salle de convivialité, les revêtements des deux terrains, les besoins en termes de matériels… On a nous même demandé de réfléchir à l’inauguration. On a eu des discussions simples et franches, c’est très appréciable."

Partiellement à l’arrêt à cause de la crise du Covid, le club attend impatiemment de reprendre ses activités et de découvrir son nouvel écrin du Vigneau. "C’est grandiose de pouvoir bénéficier d’un tel équipement, se réjouit Sébastien. D’autant plus qu’on a participé à sa construction d’une certaine manière !"

Martine Bezard

Membre de l’Atelier permanent culture
"Mon meilleur souvenir d’atelier participatif"

Ancienne administratrice du centre socioculturel du Grand B, comme le fût jadis son père, Martine Bezard n’a pas hésité bien longtemps lorsqu’on lui a annoncé en 2019 qu’elle était tirée au sort pour participer à un atelier sur la culture. « J’ai tout de suite signé, se rappelle-t-elle avec gourmandise. Aujourd’hui encore, c’est mon meilleur souvenir d’un atelier participatif. »

Intégrée à l’atelier chargé de réfléchir aux “ pratiques amateures ” et d’imaginer les façons de les rendre plus accessibles, Martine Bezard s’est inscrite à cinq rencontres, réparties tout au long de l’année, avec une dizaine d’autres personnes. « On s’est notamment interrogés sur la façon d’amener les arts vivants dans chaque quartier et auprès de tous les publics, explique-t-elle. Après avoir fait un état des lieux, on a imaginé certaines pistes comme celles de mieux référencer les pratiques amateures, de s’appuyer davantage sur les centres socioculturels ou d’imaginer des lieux de pratique et de répétition pour les associations. »

Et de poursuivre : « On espère maintenant que certaines de nos pistes serviront pour nos élus. En tout cas, ce qui a été appréciable, c’est la possibilité laissée à chacun de donner son point de vue. »