Imprimer Pdf

Place publique : sportives de haut niveau

Publié le 13.02.2020

Le prochain débat Place publique aura lieu jeudi 5 mars sur le thème "Le sport de haut niveau : pas pour les filles ? !".

La place des femmes dans le sport de haut niveau ressemble à une longue histoire parsemée d’embûches et de vents contraires. En 1967, Kathrine Switzer se lance, déguisée en homme, dans le marathon de Boston. Elle prouvera malgré les difficultés rencontrées sur le parcours qu’une femme peut courir 42,195 km. Aujourd’hui il faut encore des personnalités fortes comme la footballeuse américaine Megan Rapinoe, championne du monde, et la norvégienne Ada Hegerberg, sacrée ballon d’or, pour dénoncer les inégalités salariales entre les sportifs et sportives professionnelles. En effet, les footballeuses gagnent 12 fois moins en moyenne que leurs collègues masculins. Des injustices de moins en moins acceptées par les sportives.

Vieux réflexes

Devant ces injustices, il n'est pas toujours simple pour les sportives de trouver leur place et d’être respectées quand elles veulent accéder au haut niveau. Dans les organisations sportives, les vieux réflexes ont la vie dure. Entre les injonctions familiales, les discriminations salariales et les abus dont elles peuvent être les victimes, - et on a vu récemment que le milieu sportif ne faisait pas exception en matière d’abus sexuels - elles doivent aussi faire face à un traitement médiatique disproportionné à l’avantage des sportifs.
Le sport peut-il être vecteur d’émancipation pour les jeunes filles ? Pourquoi les mentalités tardent-elles à donner une place et une considération égales aux femmes et aux hommes ? Comment lutter contre les stéréotypes qui perdurent dans la société et les clubs ? Que peut être le rôle des fédérations sportives ?
Pour en débattre :

Catherine Louveau, sociologue, professeure émérite à l’université Paris sud, auteure de "Sports, école, société : la différence des sexes"
Carine Guérandel, sociologue à l’université de Lille, auteure de "Le sport fait mâle. La fabrique des filles et des garçons des cités"
Gervaise Pierson, ancienne handballeuse  professionnelle de haut niveau.

Une traduction en langue des signes est possible sur simple demande au plus tard 10 jours avant la date de la conférence auprès du service communication : communication@saint-herblain.fr ou au 02 28 25 20 31.

Infos pratiques

Place publique
ATTENTION CHANGEMENT DE DATE
Jeudi 5 mars (au lieu du 12 mars)
de 20h à 22h
Maison des Arts
26 rue de Saint-Nazaire
Entrée libre et gratuite.
Accès en transport en commun :
Tramway 1 et bus
ligne 20 arrêt Romanet à 500 m
Bus lignes 23, 59, 81 et 91 arrêt Maison des Arts à 250 m.