Imprimer Pdf

Saint-Herblain en portraits, mai 2022

Publié le 16.05.2022

Tous les deux mois, le magazine municipal tire le portrait de celles et ceux qui font vivre Saint-Herblain. Salariés, bénévoles associatifs, artistes, étudiants, voici leurs Histoires vécues !

Jérôme Gabillaud

"6 mois après nos formations, 90 % de nos stagiaires sont en poste"

Depuis 40 ans, dont 25 à Saint-Herblain, l’ENI forme aux métiers de l’informatique. Son responsable pédagogique, Jérôme Gabillaud, détaille volontiers le credo de l’école aux 5 campus :  "S’assurer que les gens se forment correctement et durablement pour aller vers l’emploi. Pour ça, nos contenus doivent correspondre aux besoins des entreprises, et dans l’informatique, ça bouge beaucoup !"

Pour rester en prise avec le secteur, près de 30 personnes se consacrent aux relations entreprises à l’ENI. Et ça marche. Des bacs+2 aux bacs+5 en passant par les reconversions, "6 mois après nos formations, 90 % des stagiaires sont en poste" se félicite l’ingénieur. L’école crée aussi des cursus "sur mesure". Comme avec la toute récente HelpDesk Academy, financée par Pôle emploi, en partenariat avec FACE Loire-Atlantique. Le socle commun est complété de modules "techniques"ou sur le savoir-être » activables au besoin.

Les 12 stagiaires - "volontaires et impliqués, des critères importants à la sélection", souligne Jérôme Gabillaud-, visent après trois mois de formation, le titre de technicien/technicienne support. Plusieurs entreprises se montrent déjà intéressées par des recrutements : pour Jérôme Gabillaud, une illustration du positionnement réussi de l’ENI, "au carrefour des besoins des entreprises et de ceux des élèves."

Plus d'infos sur le site de l'ENI.

Bernard Lusson

"La liberté et la responsabilité"

Président de l’entreprise Yanet, Bernard Lusson est entré dans la société en 1983. Jusqu’en 2013, il la dirige avec son fondateur, l’Herblinois Yannick Mudet, préparateur en pharmacie devenu chef d’entreprise. "Nous avons travaillé en complémentarité : Yannick sur les questions d’hygiène, moi sur la gestion et les finances" confie le diplômé d’une école de commerce.

"Nous avons commencé avec une poignée de collaborateurs. Aujourd’hui, l’entreprise compte près de 500 collaborateurs, soit 450 équivalents temps plein" révèle Bernard Lusson. Pour ce dirigeant soucieux de la qualité de vie au travail de ses salariés et salariées, la réussite de l’entre prise repose sur les notions de respect, de probité et d’équité. "Nous avons une culture de la négociation et respectons tout autant nos salariés que nos clients. Chez Yanet, l’esprit est familial et non paternaliste ! Je suis trop attaché à la liberté qui va de pair avec l’idée de responsabilité".

Entreprise engagée dans la responsabilité sociétale, Yanet agit au travers d’actions culturelles et humanitaires. Dernièrement, elle a financé l’achat d’un baby-foot pour l’école Condorcet en lien avec la Fédération internationale de football de table.

Plus d’infos sur le site de l'entreprise.

Samuel Rousseau

"Avec un don, on peut sauver trois vies"

Comme tous les deux mois, Samuel Rousseau s’est levé aux aurores pour rallier la salle associative du Vigneau. C’est là que se déroulent, depuis plusieurs années maintenant, les collectes de l’Établissement français du sang (EFS). "Je suis présent de 7 h jusqu’à 21 h au moins. C’est prenant, surtout que j’ai mon travail de commercial à côté, mais que voulez-vous, l’engagement associatif apporte tellement plus".

Depuis trois ans maintenant, Samuel Rousseau est président de l’Association pour le don du sang bénévole (ADSB) de Saint-Herblain. Une structure indispensable aux collectes réalisées par les professionnels et professionnelles de santé de l’EFS.
"Nous sommes l’interface entre les collectivités et l’EFS, témoigne Samuel Rousseau. On réserve la salle on assure la communication, on organise le parcours du donneur, de l’enregistrement jusqu’en salle de collation… un vrai travail de fourmi !" Une trentaine de bénévoles s’activent au sein de l’ADSB herblinoise, l’une des plus "actives" de la métropole. "Donner son sang est accessible de 18 à 71 ans, rappelle Samuel Rousseau. Ça prend 1 h de temps, tout au plus. Et quand on sait qu’avec un don, on peut sauver trois vies, celle et ceux qui peuvent le faire ne doivent plus hésiter !"

Devenu président "un peu par hasard" de l’ADSB, Samuel Rousseau se dit fier de cet engagement, "une gratification qui n’a pas de prix.

Plus d’infos sur le site de l'EFS ou Facebook : @DonDuSangSaintHerblain
Prise de rdv obligatoire pour accéder au don du sang.

Dans l'actualité