Imprimer Pdf

Saint-Herblain en portraits, septembre 2020

Publié le 02.09.2020

Tous les deux mois, le magazine municipal tire le portrait de celles et ceux qui font vivre Saint-Herblain. Salariés, bénévoles associatifs, artistes, étudiants, voici leurs Histoires vécues !

Julien Guillard

Julien Guillard revient de loin. Atteint d’un cancer  du sang après 10 années de travail comme ouvrier agricole, il est aujourd’hui en rémission dans l’attente de sa guérison. "Pendant mes études agricoles, aucune véritable mise en garde ne nous a été donnée sur les pesticides", se souvient Julien. Après 7 mois d’un traitement lourd, ce père de deux jeunes enfants a très vite rejoint l’association nationale Phyto-victimes qui fêtera ses 10 ans en 2021. "J’ai la fibre militante, c’est pourquoi, je me suis lancé dans cette cause. Mon objectif est de sensibiliser les utilisateurs de pesticides sur la nécessité de se protéger. Moi, j’aurais aimé qu’on me le dise". Désormais  vice-président de l’association, membre de la commission victimes, Julien s’est donné pour mission de raconter son histoire. Sa volonté : sensibiliser le monde agricole dans sa globalité.

Vous souhaitez contacter Phyto victimes ? Rendez-vous sur le site https://www.phyto-victimes.fr

Luisella Rimola

"Avec Saint-Herblain, c’est une longue histoire", sourit Luisella, assise sur un banc du parc du Clos-Fleuri. Danseuse et chorégraphe, elle mène avec une énergie communicative la joyeuse troupe de danseurs et musiciens de la Cie Gioco Cosî, et participe depuis plus de 35 ans à l’animation culturelle et au foisonnement créatif de Saint-Herblain. À 11 ans, elle assiste à son premier spectacle de danse. Une vocation nait, servie par la volonté sans faille de cette fille d’agriculteurs de la région milanaise : "j’ai harcelé ma mère pendant un an pour qu’elle m’inscrive à l’école de danse. À 17 ans, j’étais danseuse professionnelle". Avec déjà, une conviction rare à l’époque : "Nous sommes là pour créer et pour partager avec le public, lui proposer de faire avec nous".

Après 20 ans au Joli-Mai, la compagnie pose ses valises en 2017 à Bellevue. "On fourmille d’idées ! Mais le plus intéressant, c’est de s’adapter aux rencontres". Comme danser dans la pataugeoire du Clos Fleuri avec les enfants du centre de loisirs croisés par hasard ? "On l'a fait ce matin, et c’était vraiment super", conclut d’une voix chaude Luisella, entre deux saluts aux enfants, mamans et adolescents qui passent à proximité.

Pour suivre les projets et l’actualité de Gioco Cosî rendez-vous sur estran-giococosi.fr

Franck Bamberg, alias DJ Biboucha

À la ville, il est Franck Bamberg, ingénieur informatique et père de trois enfants. Et depuis trois ans, cet habitant du quartier du Tillay devient aussi à ces heures perdues… DJ Biboucha ! Ou comment marier les sonorités de la musique hip-hop et électronique avec des comptines animées pour enfant. "L’idée m’est venue un été, alors que je m’occupais seul de mes enfants, se souvient DJ Biboucha. J’ai découvert l’intérêt à la fois pédagogique et le côté très apaisant des comptines animées. Et je me suis dit : pourquoi ne pas associer ces histoires à des sonorités différentes et auxquelles les jeunes enfants ne sont pas habitués, comme le hip-hop ? Je me suis lancé, et DJ Biboucha est né", sourit cet amateur de rap "bien écrit".

"La mère Michel", "Au clair de la Lune", "Il court, il court, le furet"… Une trentaine de comptines animées ont ainsi été revisitées par DJ Biboucha, avec les voix de ses enfants. Lequel DJ envisage dorénavant d’écrire ses propres contes musicaux sur des thématiques "qui parleront à la fois aux enfants et aux parents".

Pour découvrir le travail de DJ Biboucha, rendez-vous sur son site : dj-biboucha.com. Et suivez-le sur Facebook ou sur sa chaîne Youtube.