Imprimer Pdf Suggérer cette page à un ami

À Rieffel, les agriculteurs se testent en bio

Ils peuvent cultiver pendant un an un terrain mis à disposition par le lycée.

Stenka, François-Xavier et Lionel exploitent 3 hectares en maraîchage bio rue de la Syonnière. Pendant un an, ils vont pratiquer leur futur métier de chef d’exploitation agricole grandeur nature.

Lionel fait état d’un retour aux sources : malgré un premier diplôme en agriculture, il s’oriente vite vers le BTP, faute de trouver un emploi dans un milieu dont il n’est pas issu. Cette mise en situation lui permet "de toucher à des aspects qu’on ne voit pas en tant que salarié, comme la vente et l’administratif". Côté production, les règles de l’agriculture biologique sont respectées.

Pour Stenka, les bénéfices pour l’environnement et la santé – "d’abord celle de l’agriculteur" – se doublent d’une valeur-ajoutée économique : "En misant sur la qualité, on rentabilise plus facilement une petite exploitation". Titulaire d’un diplôme d’ingénieur logistique, il a travaillé à son arrivée en France pendant deux ans comme salarié dans une exploitation maraîchère bio. Il veut continuer à exercer une activité en accord avec ses principes, tout en étant son propre patron.

Les débouchés ne manquent pas : vente directe une fois par semaine sur un marché nantais, fourniture à deux supermarchés bio, livraisons à la légumerie la Fée au Duc, ouverte depuis novembre 2015 sous forme de chantier d’insertion. Les salariés y transforment les légumes bio d’exploitations situées dans un périmètre proche de l’atelier, à destination de la restauration collective (voir vidéo). Les agriculteurs n’ont qu’une route à traverser pour livrer la légumerie, elle aussi située sur les terrains du site Jules-Rieffel du lycée Nantes Terre Atlantique.

Fée au Duc : la légumerie du lycée Rieffel partenaire de la Ciap

Un atelier de transformation de légumes pour la restauration collective a ouvert ses portes en novembre 2015 sur le site Jules-Rieffel du lycée agricole Nantes Terre Atlantique . Parmi ses fournisseurs réguliers, les agriculteurs bio en stage sur l'espace-test de la Coopérative d'installation en agriculture paysanne, situé à deux pas.

Transcription du document Fée au Duc : la légumerie du lycée Rieffel partenaire de la Ciap

Pauline Malval, chargée de mission pour l'atelier de la Fée au Duc, explique les relations entretenues avec les agriculteurs de l'espace-test, qui sont à la fois fournisseurs de légumes "bruts" et clients de produits transformés par l'atelier, comme des betteraves cuites. Elle conclut avec la volonté de l’atelier de fédérer la filière locale du maraichage.

L’espace-test, ouvert en 2014, est géré par la Coopérative d’installation en agriculture paysanne (CIAP), qui fournit matériel et accompagnement aux agriculteurs. "Un encadrant technique vient deux fois par semaine, explique François-Xavier. Ancien maraicher, il nous apporte ses conseils et son recul sur la parcelle, qu’il suit depuis sa création". Ingénieur agronome, François-Xavier a travaillé pendant 5 ans dans la pisciculture. C’est l’envie de changer de domaine et de s’impliquer dans une activité en adéquation avec ses aspirations qui le conduit à pousser la porte de la CIAP. Celle-ci gère plusieurs dispositifs d’aide à l’installation dans la région.

"Depuis 2012, 112 porteurs de projets atypiques – vente directe, bio, paysans-boulangers, petits élevages ovins ou caprins –  ont été accompagnés en Loire-Atlantique, souligne Loïc Vincent, qui suit les porteurs de projets. Le taux de retour à l’emploi est de 93%, secteur agricole et hors agricole". Un format qui marche et qui attire de plus en plus de personnes, comme nos trois jeunes agriculteurs, désireuses d’investir ou de réinvestir le métier de paysan en donnant du sens à la production agricole.

"Le premier espace-test en maraîchage bio de France"

Comment est née la collaboration avec la CIAP ?
Stephen Bonnessoeur, directeur du site Jules-Rieffel du lycée Nantes Terre Atlantique : Depuis la création du lycée en 1987, nous entretenons de très  bonnes relations avec la Confédération paysanne et sa structure CAP 44 qui accompagne l’installation d’agriculteurs. Quand en 2012, CAP 44 cherche un espace agricole, c’est tout naturellement le lycée Rieffel met à disposition gracieusement les 3 hectares de ce qui deviendra le premier espace-test en maraîchage bio de France. Il est géré en toute autonomie par la CIAP, une coopérative créée par CAP 44 pour gérer les dispositifs d’accompagnement à l’installation.

Quel est le lien avec le projet de légumerie de la Fée au Duc ?
SB : L’enjeu commun, c’est le développement des circuits courts. Comment faire techniquement ? Quelle gouvernance pour la filière ? Quelle répartition de la valeur ajoutée ? Par son implication dans ces deux projets complémentaires, le lycée acquiert de l’expérience  dans ce domaine. Pour renforcer la dynamique de filière, nous prévoyons la transformation juridique de la légumerie en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). C‘est un type de coopérative dans lequel sont impliqués les salariés mais aussi les partenaires en amont et en aval de l’activité, fournisseurs, clients… L’objectif est de reproduire le modèle à d’autres endroits de la métropole et de récréer de l’activité agricole en milieu périurbain.

Plus d'infos sur www.jeminstallepaysan.org/Ciap44

Dans l'actualité

Une ferme urbaine s’implante à Bellevue


Le projet a reçu le soutien du Fonds pour l’innovation sociale.

Pépigo, une coopérative gourmande à Preux


Pour les cuisiniers, travailler dans un même local permet de s’échanger bons plans, savoir-faire et astuces culinaires.

Lou’s créations, l’artisanat herblinois au féminin


Rencontre avec Loubna Stitou, Herblinoise passée sans regrets de l’informatique à la création de maroquinerie et de bijoux.

Tous acteurs de la nature en ville !


Avec les Journées citoyennes pour la biodiversité, participez au retour et à la protection de la nature en ville.

En savoir plus

Les espaces naturels et la biodiversité


Sur le territoire herblinois, certains espaces constituent des zones naturelles où la faune et la flore sauvage représentent un intérêt local qu’il faut préserver.

Le tissu économique


La métropole nantaise et ses 24 communes constituent un territoire attractif. Dans cet ensemble, Saint-Herblain joue le rôle de locomotive du développement économique avec 41 000 emplois répartis dans 4 700 entreprises et administrations.