Imprimer Pdf

Compte-rendu du conseil municipal du 7 mai

Publié le 09.05.2020

Retransmis en direct et en vidéo sur le site de la Ville, le conseil municipal a été exceptionnel à la fois dans sa forme, son fond, du fait de la crise sanitaire du coronavirus. L’occasion pour les élus, entre autres sujets, de revenir sur l’action de la Ville depuis le 17 mars, de partager des informations sur le plan de reprise d’activité à compter du 11 mai et d’approuver la création d’un fonds de soutien aux associations locales.

Jeudi 7 mai, le conseil municipal s’est tenu à huis clos et à effectif restreint en raison de la crise sanitaire. Pour la première fois dans l’histoire de la vie municipale herblinoise, le conseil municipal a été retransmis en direct sur le site internet de la Ville.

"Il est clair que nous vivons une période extraordinaire située entre un premier tour des élections municipales et sans doute un premier puis un second tour des élections municipales à l’automne. Si c’est difficile de diriger un pays dans cette période pleine d’incertitudes, ce n’est pas toujours simple non plus au niveau d’une commune de 47 000 habitants. Au cours de cette période, on a essayé de rendre les choses transparentes et publiques à l’égard notamment des groupes politiques du conseil municipal" a expliqué le maire Bertrand Affilé (PS).

S’en sont suivis les remerciements des élus pour le travail des agents municipaux, les actions des associations caritatives et le partage d’information avec les groupes politiques. Les prises de paroles se sont ensuite succédé, chacun commentant la crise du coronavirus, ses conséquences sociales et les risques d’une reprise de l’activité précoce. Jean-François Tallio (ESHA EELV) adjoint au personnel et à la prospective a estimé citant Nicolas Hulot que "cette crise trouve ses racines dans les perturbations de nos écosystèmes et n’est que l’avatar d’une crise beaucoup plus profonde.

La crise du coronavirus met à nu les affres de la mondialisation et les limites d’un modèle". Pour Catherine Abidi (PC) adjointe aux sports,"cette crise nous fait réfléchir, qu’il faut repenser à la relocalisation de notre production et à la protection du monde paysan et à une alimentation saine". Eric Bainvel (À gauche toute) a poursuivi en disant que "Les alarmes sont là depuis longtemps. Soit on continue dans le mur, soit on change. Il en va de l’avenir des générations futures, de nos enfants".

Le maire Bertrand Affilé (PS) a ensuite clos ces interventions en disant que "sans les services publics, une partie de notre économie et de la société se serait en partie effondrée. Les missions effectuées par les policiers, les aide-soignantes et aide-soignants à domicile, les personnels de l’état civil et de l’éducation, on n’aurait pas pu trouver l’équivalent dans le secteur marchand. Il faut donc insister sur l’importance des services publics, des commerces alimentaires, de tous les travailleurs qui ont continué leur activité. Je précise que nous avons été précurseurs puisque nous avons voté la généralisation du télétravail autant que faire se peut. Maintenant, prenons le temps de la réflexion et de confronter les analyses".

La Ville très mobilisée depuis le 17 mars

Le plan de continuité de l’activité (PCA) des services de la Ville a été activé le lundi 16 mars. Certains agents ont continué leur activité en présentiel (policiers municipaux, agents du portage de repas, aides-soignantes, animatrices et animateurs, agents techniques, agents d’entretien, état civil…). Ces agents ont été équipés de masques, de gants et de gel hydroalcoolique.

Les personnels du service de soins infirmiers à domicile ont bénéficié d’une dotation de masques de l’Agence régionale de la santé. Au total environ 80 agents ont travaillé en présentiel au cours des deux premières semaines. La régie bâtiment, le service informatique notamment ont été mobilisés sous forme d’astreintes. 78 agents ont été équipés pour poursuivre leur activité en télétravail.

Gouvernance

À partir du 1er avril, le cadre juridique s’est éclairci avec l’ordonnance sur l’état d’urgence sanitaire qui précise les pouvoirs du maire et assure la continuité du service de la collectivité pendant l’épidémie du Covid 19.

"À partir de ce moment-là, j’ai souhaité mettre en place une instance de concertation et des groupes thématiques avec les présidents de groupes politiques qui se sont réunis en audioconférence chaque semaine pour prendre les décisions qui s’imposaient" a expliqué Bertrand Affilé, le maire.

Le principe de précaution s’impose

Pendant le confinement, l'accès aux espaces verts a été interdit par arrêté préfectoral jusqu’au 11 mai 2020 inclus. Pour les jardins familiaux et partagés, sur intervention du maire, ils ont pu rouvrir en respectant les consignes de sécurité précisées par la Préfecture. Dominique Tallédec (PS) adjoint à la tranquillité publique et prévention des risques a précisé "qu’en tant qu’élu de la République, on se doit d’appliquer les règles. Je ne vois pas au nom de quoi on dérogerait à ces règles quand elles sont édictées pour protéger la population. La prudence s’impose dans ce type de crise".

Le maire a conclu cet échange en expliquant que ce qui l’avait animé pendant toute cette période était "d’assurer la sécurité sanitaire des Herblinois dans le respect de la démocratie et des lois".La délibération sur les pouvoirs du maire a été adoptée par 41 voix pour (sur 42).

Après consensus des 24 maires de la métropole puis autorisation de la Préfecture, les 3 marchés de la commune ont rouvert depuis le mardi 21 avril selon une organisation particulière et un accompagnement renforcé par du personnel municipal. Les élus ont ensuite présenté le plan de reprise d'activité (PRA) des services municipaux à compter du 11 mai.

Création d’un fonds de soutien aux associations 

520 associations sont actives à Saint-Herblain en partenariat avec la Ville dans de nombreux domaines (éducatif, social, culturel, socioculturel, sportif…). Elles constituent un réseau essentiel de proximité. Elles réalisent des actions sociales en direction de plusieurs milliers d’adhérents souvent fragilisés par les aléas de la vie. Cette pandémie pourrait remettre en cause leur pérennité. En conséquence, la Ville décide la création d’un fonds d’urgence de 100 000 euros.

Un dossier type va être créé dans les prochains jours pour analyser les besoins des associations qui seront accompagnées par le service vie associative. "On s’inscrit dans la durée à un horizon d’un an car les effets dévastateurs de cette crise se feront sentir pendant bien longtemps" a expliqué Sébastien Royer, (PS) adjoint chargé de la vie associative, action socioculturelle et relations internationales. Cette délibération a été votée à l’unanimité.

L’aide aux associations caritatives

Dès les premiers jours de l’épidémie, la Ville a été sollicitée par le Secours populaire, puis par les Restaurants du cœur pour prêter main forte à la distribution de colis alimentaires. Une centaine d’agents municipaux se sont portés volontaires et 83 ont été mobilisés. Au cours de la semaine du 20 avril, ce sont 231 bénéficiaires du Secours populaire qui ont été servis (dont 90 nouveaux bénéficiaires) tandis qu’au restaurant du cœur, on dénombrait 498 bénéficiaires (dont 193 nouveaux). Par ailleurs, 30 ménages herblinois ont pu bénéficier de paniers repas payés par la Ville et distribués à domicile par la Croix Rouge.

Le CCAS sur le pont

Un chèque-service de 60 €/enfant couvrant les 4 premières semaines du confinement a été accordé par la Ville pour soutenir les familles exonérées de la tarification de la cantine scolaire. Cette aide concerne 450 familles et 673 enfants. Une deuxième relance est en cours auprès des familles qui n’auraient pas encore déclenché cette aide. En direction des personnes âgées, le service de soins à domicile est intervenu auprès de 55 patients.

Le service de portage de repas à domicile a fortement augmenté ses passages passant de 110 à 145. 46 personnes âgées inscrites au registre des personnes isolées ont été appelées au moins une fois par semaine. 177 personnes ont eu un échange avec un travailleur social du centre local d’information et de coordination (CLIC), soit environ 30 personnes par semaine.

L’éducation aussi

La Ville a poursuivi la continuité éducative auprès des familles les plus en difficulté. Les animatrices du Programme de réussite éducative ont pris contact régulièrement avec les enfants suivis. 20 ordinateurs ont été prêtés à des familles des quartiers prioritaires. De 7 à 15  enfants de soignants et de professions prioritaires ont été accueillis gratuitement sur le temps scolaire et en accueils de loisirs (y compris week-end et jours fériés). Même chose pour 5 enfants de 0 à 3 ans accueillis par la crèche familiale.

Quant aux enfants porteurs de handicap fréquentant les écoles publiques herblinoises, ils ont pu aussi être accueillis avec l’aide de l’ADAPEI dans deux écoles deux fois par semaine. Un lien pédagogique a été maintenu par les professeurs de la Maison des Arts

Prochain conseil municipal : Lundi 15 juin.

Dans l'actualité