Imprimer Pdf Suggérer cette page à un ami

Conseil municipal : un service commun pour la vidéoprotection

Le 9 octobre les élus ont acté la création d’un service commun métropolitain, qui intègrera les 22 caméras du Centre superviseur urbain herblinois.

Le futur Centre de supervision urbain (CSU) métropolitain sera chargé d’exploiter les images de vidéoprotection provenant des quatre communes intégrant le service commun. Actuellement, Saint-Herblain ville pionnière en la matière, est la seule à disposer d’un réseau dédié à la protection des biens et des personnes et à la tranquillité publique. Le projet prévoit le transfert à la Métropole de moyens humains (6 agents, sur la base du volontariat) et matériels (22 caméras et un réseau de transmission).

Hugues de la Roulière (Alternance 2020), tout en approuvant la démarche au motif que "la mutualisation des moyens va dans le bon sens, celui de plus d’efficacité.", a demandé si la Ville allait perdre sa capacité à décider du déplacement ou de l’implantation de nouvelles caméras, au profit de Nantes Métropole. Le maire Bertrand Affilé a précisé que "si l’outil devient métropolitain, la compétence tranquillité et sécurité publique  reste herblinoise, avec le même niveau d’action : 22 caméras, 24/24h, 7/7j, 365 jours par an". Selon la convention adopté le 9 octobre, "chaque maire reste prescripteur et responsable […] de la définition du nombre de caméras et de leur implantation sur le territoire de la commune".

Saint-Herblain candidate pour expérimenter la police de proximité

Si la délibération ne portait pas sur le sujet « pour ou contre  la vidéoprotection », Étienne Lechat (ESHA-Les Verts) a dénoncé "le coût et l’inefficacité" des caméras et s’est inquiété des risques d’une "dérive liberticide" des caméras. Dominique Tallédec, adjoint à la tranquillité publique et la prévention des risques, a regretté "qu’on oppose les uns aux autres les moyens mis à notre disposition. En matière de sécurité, tout s’articule : avec la vidéoprotection on s’attaque aux faits commis, avec les autres outils, la médiation par exemple, on s’attaque aux   racines des problèmes." Bertrand Affilé a quant à lui rappelé l’importance d’une gestion publique de la vidéoprotection : "Les agents publics sont des fonctionnaires, avec une déontologie et des devoirs stricts de discrétion, de confidentialité, de réserve. De plus, l’ensemble du dispositif est contrôlé par la CNIL (Commission nationale de l’Informatique et des Libertés)".

Marcel Cottin, 1er adjoint, a aussi rappelé que le maire avait porté la candidature de Saint-Herblain - démarche saluée par tous - à l’expérimentation du dispositif de police de sécurité du quotidien annoncé par le gouvernement, et s’inspirant de la police de proximité abrogée en 2003 par Nicolas Sarkozy. "En matière de lutte contre la délinquance, la présence humaine est une nécessité, a conclu le maire. C’est le sens de notre candidature, et c’est aussi ce qui motive la réorientation d’une partie des animateurs de la Ville vers des fonctions de médiation". La délibération a été adoptée moins les 10 abstentions des groupes ESHA-Les Verts et Saint-Herblain À gauche toute.

Des services civiques dans les directions municipales

Le plan d’action '"Place aux jeunes" continue de se déployer : les conseillers municipaux ont acté à l’unanimité l’accueil de 12 jeunes en service civique au sein des services municipaux, à  partir de janvier 2018. Baghdadi Zamoum, adjoint à la jeunesse et à l’insertion a précisé que cette opportunité s’adresse "aux jeunes de 16 à 25 ans, avec pour seuls critères de   recrutement le  savoir-être et la motivation". Sous le statut de volontaires indemnisés, ils se verront confier pour 6 à 12 mois des missions innovantes comme la  lutte contre la fracture  numérique ou la précarité énergétique, l’éducation à l’environnement ou encore l’accès à la culture pour les publics dits éloignés et/ou handicapés.

Ils ont voté

Un vœu a été adopté en soutien au mouvement HLM dans son opposition aux dispositions du gouvernement inscrites dans le projet de loi de  finances 2018. Des mesures "à l’efficacité douteuse et au caractère de justice sociale contestable" qui pénalisent les organismes HLM et leurs actuels et futurs locataires, selon Bertrand Affilé.

C’est le plus gros projet du mandat. 5,5 M€ TTC seront investis dans la réhabilitation et la rénovation énergétique du groupe scolaire Jacqueline-Auriol et le réaménagement des locaux du CSC du Bourg, qui intégrera une médiathèque. Les élus ont adopté l’avant-projet définitif ainsi que le montant des travaux et de la rémunération du groupement en charge du projet.

Suite au passage de l’ouragan Irma dans les Antilles, la Ville va contribuer aux interventions en faveur des populations par une subvention exceptionnelle de 6 000 € à la Fédération nationale de la protection civile.

Le conseil municipal a adopté le programme de coopération entre Saint-Herblain et N’Diaganiao pour la période 2017/2020. Il porte sur la poursuite de l’amélioration à l’accès à l’eau et à  l’assainissement dans les établissements publics et la mise en place d’un service de maintenance. La contribution herblinoise est de 20 000 € sur un budget total de 170 700 € sur trois ans. L’Office municipal des relations internationales et des jumelages est en charge de la mise en œuvre.

Un nouvel élu : Jean-Benjamin Zang

Il intègre le conseil municipal en tant que conseiller municipal au personnel et réseaux des équipements culturels et sportifs, de suite à la démission pour raisons personnelles d’Anthony Hamelin (UDB). Militant du Parti socialiste "quasiment depuis toujours", Jean-Benjamin s’est investi dans l’association ATTAC au moment de la bataille pour l’instauration d’une taxe sur les transactions financières. Installé à Saint-Herblain depuis 2008, il est devenu juriste pour une entreprise locale après avoir enseigné le droit à l’IUT de Saint-Nazaire et au CNAM. Très attaché à la démocratie participative, il souhaite contribuer à la démarche engagée par la Ville et "encourager le citoyen à penser la ville et son évolution, aux côtés de la collectivité".

Dans l'actualité

Les dossiers du conseil municipal


À l’ordre du jour vendredi 23 juin 2017.

L’évolution des tarifs municipaux limitée à l’inflation


Le conseil municipal du 3 avril a adopté une hausse de 0,2%, ainsi que de nouvelles modalités de règlement et de recouvrement des impayés.

Les dossiers du conseil municipal


À l’ordre du jour lundi 3 avril 2017.

Les dossiers du conseil municipal


À l’ordre du jour lundi 6 février 2017.