Imprimer Pdf

Prévention et civisme : comment agit la Ville

Publié le 24.02.2016

La politique de prévention développée à Saint-Herblain se veut un rempart contre les risques d’incivilités, d’indifférence et de délitement des liens sociaux.

Agir contre les dérives comportementales néfastes à l’individu et à la société, apprendre les gestes de premiers secours : la Ville est en première ligne sur ces thématiques, avec ses partenaires institutionnels et associatifs. Parmi ses actions, celles menées auprès :

 Toutes s’inscrivent dans le plan communal de prévention de la délinquance et suivent les orientations du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), instance de pilotage qui réunit plusieurs institutions : État, justice, police nationale, Éducation nationale, Département, Ville, éducateurs,associations et acteurs socio-économiques.

La Ville mène plusieurs actions en direction des collégiens et lycéens. À commencer par le financement et la mise en œuvre avec l’union départementale des sapeurs-pompiers du PSC1 (prévention et secours civiques de niveau 1) pour les élèves de 4e. Le SDIS 44 propose une "information préventive aux comportements qui sauvent" en direction du personnel des collèges et de six élèves par classe, qui deviennent assistants de sécurité.

La prévention restant la meilleure façon d’éveiller les consciences face aux risques de déviance, la Ville construit avec ses partenaires plusieurs autres actions autour des toxicomanies, de la sécurité routière, le respect des transports en commun, sur l’internet et les réseaux sociaux. En 2014/2015, 1 456 collégiens ont ainsi été sensibilisés sur les conduites à risques, soit près de 82% des effectifs.

De leur côté, les animateurs jeunesse accompagnent près de 150 jeunes de 16 ans et plus pour les aider à devenir autonomes dans leur projet de vie.

La Ville s’appuie aussi sur des initiatives associatives. Depuis 2011, l’association Police loisirs jeunesse accueille des collégiens de Gutenberg et Ernest-Renan temporairement exclus de leur établissement. "Pendant le temps de leur exclusion, ils suivent du soutien scolaire, un rappel à la loi, participent à des activités citoyennes", explique Anthony Guitard, directeur.

Les cinq éducateurs de l’équipe herblinoise de l’Agence départementale de prévention spécialisée (ADPS 44) accompagnent des jeunes de 12 à 25 ans. "Pas forcément visibles dans l’espace public, parfois en froid avec les institutions, ils peuvent être tentés par la marginalisation. Nous agissons dans le sens de la cohésion sociale et de la socialisation des jeunes en tenant compte de l’environnement local", explique Philippe Mahé, le directeur. L’été dernier, au parc de la Savèze, ils ont mené des actions avec la médiathèque Gao-Xingjian, afin d’apaiser les relations dans l’espace public et favoriser le lien avec la ludothèque.

Deux questions à… Dominique Tallédec, adjoint à la tranquillité publique et à la prévention des risques

Quelle importance accordez-vous à la prévention de la délinquance ?
"Elle est essentielle à mes yeux car, au final, la prévention a pour but de résoudre les difficultés sociales et comportementales et de renforcer le rôle de l’éducation de manière durable. Il s’agit de repérer les personnes qui rencontrent des difficultés, de les accompagner et de les orienter. L’efficacité de la prévention de la délinquance ne peut se concevoir sans un partenariat renforcé entre tous les acteurs institutionnels et associatifs".

Quelles sont les orientations de la politique municipale sur cette thématique ?
"La Ville organise ses actions autour de quelques principes : la prévention sociale en direction des habitants, la prévention situationnelle (la vidéo-protection et la police municipale), la prévention de la récidive (travail d’intérêt général) et la mise en œuvre de la sanction. Elles ont toutes leur importance".