Imprimer Pdf

Stop à la prolifération des sangliers

Publié le 02.05.2016

Battues et débroussaillages ont permis de repousser l’animal vers la campagne.

Les sangliers, dont la cohabitation avec l’homme en ville s’avère problématique, ont fait l’actualité ces 12 derniers mois. "Ils sont arrivés il y a cinq ans, se sont multipliés, et ont causé des dégradations importantes et quelques accidents. La Ville a répondu à l’appel des particuliers et s’est rapprochée de la préfecture pour que la population soit limitée et repoussée vers les campagnes", explique Dominique Tallédec, adjoint à la tranquillité publique et la prévention des risques.

Depuis juin 2015, cinq battues ont été organisées sur le territoire herblinois pour un total de 28 "prélèvements" – selon la terminologie administrative. Menées par un lieutenant de louveterie, elles ont mobilisé des sociétés de chasse du département mais aussi des archers.

En parallèle, les services municipaux ont aménagé dans certaines zones gérées par la Ville des couloirs de débroussaillage pour empêcher la réimplantation des animaux. "Un appel aux propriétaires privés est lancé pour qu’ils débroussaillent eux aussi leurs terrains", poursuit l’élu. Depuis cet ensemble des mesures, les demandes de particuliers herblinois ont baissé, preuve que les sangliers ont bien été repoussés hors des zones urbanisées, confirme-t-on à la direction de l’espace public et de l’environnement. L’animal a notamment déserté le val de Chézine.

Les opérations ne sont pas terminées pour autant. Des sites ont été aménagés pour des chasses à l’affût, qui seront prochainement organisées en soirée, aux heures où se déplacent les sangliers.

Dans l'actualité

En savoir plus

Les espaces naturels et la biodiversité


Sur le territoire herblinois, certains espaces constituent des zones naturelles où la faune et la flore sauvage représentent un intérêt local qu’il faut préserver.