Imprimer Pdf

A l'école de la solidarité internationale

Publié le 21.11.2015

Du 16 novembre au 4 décembre, trois associations œuvrant pour la solidarité internationale sensibilisent des écoliers herblinois.

"Vous avez entendu parler de la Palestine ? Vous savez où elle se trouve, quel climat il y fait ?" Assis en cercle dans une tente dressée dans la salle de l’accueil périscolaire des Grands-Bois, Noémie, Bilal, Evenson, Inès et leurs camarades répondent du mieux qu’ils peuvent. Puis les deux bénévoles de l’association Avenir Jeunes Bethléem (AJB) ouvrent grand une valise et leur distribuent les objets qui s’y trouvent. Autant de supports pour apprendre, échanger, mieux appréhender la Palestine et ses habitants.
"Ce que nous faisons à travers cette action, c’est informer les petits Herblinois sur la vie au quotidien des enfants de Palestine, mais aussi sur leurs difficultés, expliquent Charles Mahaud et Annick Morault, vice-président et secrétaire d’AJB. Cela soulève chez eux beaucoup de curiosité, ils sont très en éveil sur ce qui se passe ailleurs."
AJB – qui soutient 40 enfants palestiniens, grâce à un réseau d’une soixantaine de parrains et marraines en France – est l’une des trois associations participant à la Semaine de la solidarité internationale coordonnée par l’Office municipal des relations internationales et des jumelages (OMRIJ). Avec Amitié Godaguène, partenaire d'une commune sénégalaise, et Partage, partenaire d'ONG au Liban et au Népal, six rendez-vous sont proposés aux élèves de CE2-CM1 et CM2 de trois écoles élémentaires herblinoises : Soleil Levant, Rabotière et Grands-Bois.
"Les animations suivent un même scénario, explique-t-on à l’OMRIJ : les bénévoles reviennent d'un voyage dans le pays partenaire où ils ont fait la connaissance d'enfants désireux de faire connaître aux enfants de Saint-Herblain leur réalité. Ils rapportent donc avec eux différents  éléments permettant de connaître la réalité de vie dans ce pays partenaire et pourront au fil des rencontres parler des projets de leur association."
La semaine de la solidarité internationale – qui en dure en fait trois – se déclinera au fil de trois rencontres proposées durant la pause méridienne. L’objectif : "Inviter les enfants à une ouverture sur le monde, comprendre que le monde est fait de différences et parfois d’inégalités, introduire la notion de solidarité et savoir qu’on peut agir près de chez soi", rappelle l’OMRIJ.