Imprimer Pdf

Annie Latcher féministe avant tout

Publié le 14.02.2020

Petit bout de femme énergique, Annie Latcher est de tous les cafés philo depuis la création de ce rendez-vous mensuel dans le quartier du Tillay.

On vient au café philo du Tillay pour rencontrer l’un de ses organisateurs et l’on tombe sur une militante du droit des femmes. "À partir des années 1960, je me suis engagée avec mon mari dans les idéaux de mai 1968 et du mouvement pour la libération de la femme" raconte Annie Latcher qui a lu l’essai "Le deuxième sexe" de Simone de Beauvoir. "À cette époque l’interruption volontaire de grossesse était interdite. J’ai soutenu des femmes algériennes et des Françaises dans cette situation". Le couple part comme enseignant-coopérant pendant 7 ans à Constantine en Algérie.  Professeure de collège, Annie est une adepte de la pédagogie Freinet et, parallèlement à son enseignement, ne néglige pas sa participation aux luttes syndicales. 

Adepte de Socrate

Du féminisme à la philosophie, il n’y a qu’un pas qu’Annie franchit allègrement. En 1995, le café philo du Tillay est fondé par Jacky Carré, Paul Pavageau et Jean-Yves Malinge. À cette époque il se déroule dans un restaurant de la place de la révolution française. Annie Latcher s’y investit en participant aux propositions des sujets "portés évidemment par la cause féministe". "Je suis très influencée par Socrate et sa formule "Connais-toi toi-même" invitation à l’écoute de soi et des autres" ajoute Annie Latcher.

"Ici la parole est libre"

Aujourd’hui suivi par une cinquantaine de personnes dont de nombreux fidèles, le café philo a lieu de septembre à juin une fois par mois salle Camille-Desmoulins. La professeure de lettres retraitée est convaincue de l’utilité sociale de ces deux heures mensuelles : "Les gens ont des choses à dire. Ici, la parole est libre, la liberté de conscience est totale dans le respect des différences. Ce n’est ni un cours magistral, ni un espace de thérapie de groupe, encore moins une tribune politique. C’est un lieu où les gens se rencontrent pour échanger des idées. On arrive avec des questionnements, on repart avec d’autres, chacun trouve sa part de vérité".

Prochains cafés philo

Dimanche 8 mars : La désobéissance
Dimanche 5 avril : Le rire est-il notre sauvegarde ?
Dimanche 10 mai : La démocratie n’est-elle qu’une illusion ?
Dimanche 14 juin : Pour quelle migration ?
Le café philo a lieu salle Camille-Desmoulins 11 rue du Tillay de 10h à 12h. On peut rester déjeuner sur place en apportant son pique-nique.