Partager avec

La peintre bretonne d'art naïf Simone Le Moigne
Culture

La Bretagne de Simone Le Moigne

Publié le | Mis à jour le

La peintre bretonne Simone le Moigne s’est installée à Saint-Herblain à l’âge de la retraite. C’est là, dans l’appartement qu’elle occupe dans le quartier de Preux, qu’elle met en couleurs ses souvenirs de jeunesse retraçant la vie paysanne de la Bretagne des années 1920-1930.

« À 58 ans j’ai commencé à peindre mes souvenirs pour m’amuser. Si j’avais su raconter aussi bien que ma grand-mère les soirs de veillées, je n’aurais probablement jamais dessiné. Les histoires de ma grand-mère, c’était comme le cinéma. C’était merveilleux… » Le parcours de Simone le Moigne (1911-2011) est presque un roman à lui seul. Originaire du centre Bretagne dans les Côtes d’Armor, celle qui fut employée de maison durant ses années de labeur, décide de se plonger à corps perdu dans les moments heureux de sa jeunesse par le biais de la peinture. Elle commence à peindre avec des aiguilles à tricoter et fait défiler sa mémoire : les travaux des champs, les fêtes familiales et religieuses, les métiers et les jeux d’autrefois. Paradoxalement, si elle magnifie la vie d’autrefois, elle est fascinée par la modernité et les progrès techniques. Son travail est rapidement repéré par les historiens d’art, les galeries et les ethnologues. 

Un témoignage authentique

Un des 6 tableaux de l'Histoire du pain : Le moulin et le four.
"L’Histoire du pain" comprend 6 panneaux et mesure 8 mètres de long. Simone Le Moigne y met en scène toutes les étapes depuis la préparation de la terre jusqu’au four à pain. © ADAGP

Au-delà de sa valeur artistique, la précision de son travail revêt une inestimable valeur ethnographique sur la vie paysanne des années 1920 et 1930. Pour Denise Delouche, historienne de l’art, « Simone Le Moigne est une peintre naïve qui offre les dernières images d’une civilisation rurale qui allait disparaître avec les bouleversements des techniques et des circuits commerciaux au lendemain de la seconde guerre mondiale. »

Ses tableaux ont trouvé place dans de nombreuses collections publiques et privées en France, en Allemagne, au Portugal, en Suisse, aux États-Unis…

Peindre et revivre

Pour en savoir plus sur l’œuvre de Simone Le Moigne, un site a été créé par sa famille : simone-le-moigne.com. Un livre écrit par sa fille Anne Vinesse retrace sa vie : « Simone le Moigne. Peindre et revivre » aux éditions Siloé.

La collection herblinoise

La Ville est propriétaire de plusieurs tableaux dont L’histoire du pain, Les noces d’antan, Vision de l’ancienne mairie, La pâte à pain, La fête et les enfants, Le Breton et la Bretonne, L’arbre et le chat et Le partage du pain. Ces trois derniers tableaux font partie du fonds de la Bibliothèque et peuvent être empruntés.