Imprimer Pdf

Agir pour la transition écologique

Thématique incontournable, transversale, et de plus en prégnante dans le débat public, la transition écologique est prise en compte dans la plupart des actions municipales, en résonance avec les aspirations croissantes des habitants pour une Ville responsable et qui innove pour la préservation de l’environnement.

La transition écologique fait partie des objectifs prioritaires de la Ville, qui a adopté, comme le reste de la Métropole nantaise, l'Agenda 21 (dès 2006), le Plan Climat, puis le PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial).

La transition énergétique, dédiée à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (GES), en constitue un volet important. En complément d'actions mises en œuvre à l'échelle de la Métropole (transports, urbanisation,  tri des déchets, etc.), Saint-Herblain agit sur ses leviers propres, comme le recours aux outils numériques pour éviter les déplacements, l'accès aux services en proximité, les aménagements pour favoriser les circulations douces ou encore la gestion durable de ses bâtiments.

Dans ce dernier domaine, elle a prévu d'investir 50 M€ entre 2014 et 2026 pour la rénovation et l’isolation des bâtiments municipaux. Entre 2013 et 2019, elle a déjà réduit de 12 % la consommation énergétique de son patrimoine municipal. Cela correspond à environ 1 000 tonnes de CO2 évitées.

Trame verte et bleue

Côté production énergétique, Saint-Herblain installe des panneaux photovoltaïques sur les toits de plusieurs de ses bâtiments : près de 2000 m2 sont déjà installés sur les toits de 7 bâtiments municipaux. Trois futures installations photovoltaïques validées sont en cours d’études pour un total d’environ 880 m². Saint-Herblain est aussi partenaire, avec la ville d'Indre, de la centrale photovoltaïque de Tougas (46 000 m2 sur 7 ha), mise en service au printemps 2019.

La transition écologique ne se résume pas à la transition énergétique. Les dimensions écologiques sont prises en compte dans de nombreuses actions communales, par exemple, l'entretien écoresponsable des espaces verts, le développement des jardins partagés à vocation plurielle (alimentaire, cadre de vie, lien social...), la place croissante accordée aux arbres sur le territoire communal ou encore la réduction de la consommation de papier au sein des services municipaux.

À lui seul, le Cours Hermeland illustre bien ces aspects multidimensionnels de la transition écologique. Par la continuité écologique qu'il offre de la Chézine à la Loire, en passant par des rivières et plans d'eau, il constitue une "trame verte et bleue", favorable au maintien de la biodiversité. Il est aussi un lieu de déplacements doux, un îlot de fraîcheur lors des étés chauds, un espace pédagogique et un support de sensibilisation à l'environnement, à travers notamment les nombreuses activités proposées tout au long de l’année à la Longère de la Bégraisière. À son extrémité sud, avec les roselières et pré-marais de la Pelousière, il est aussi une zone humide remarquable et un espace de production agricole avec de l'élevage bovin non intensif.

En projet d'ici 2026

  • Poursuivre la conversion du parc automobile municipal vers l'électrique ;
  • Continuer l'entretien des bâtiments avec des matériaux écoresponsables (diminution de l'emploi de matières premières fossiles et limitation des gaz à effet de serre) ;
  • Généraliser l'installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des bâtiments municipaux.